6-11 ans

« Sarah-Lou, détective (très) privée : S’il te mord, t’es mort ! » (tome 1) de Audrée Archambault

Sarah-Lou est excitée. Sa tante Camille, grande globe-trotteuse, revient de voyage. Voilà que son attention est retenue par une étrange affaire quand elle croise des policiers dans les couloirs de l’école. Elle constate aussi que le laboratoire d’informatique semble avoir été saccagé. Que s’est-il passé ? Il n’en faut pas plus pour que Sarah-Lou s’improvise détective et parte à la recherche d’indices.

Audrée Archambault signe ici son premier roman. Connue pour blogue Elle M, elle est derrière l’initiative Des livres dans le métro. Dans le cadre de cette opération, elle dépose des livres dans le métro et sème des indices sur ses médias sociaux. Il n’était donc pas surprenant de la voir publier un livre.

J’ai bien aimé Sarah-Lou, détective (très) privée, surtout pour le personnage de Sarah-Lou. C’est une jeune fille déterminée qui est prête à tout pour atteindre son objectif : résoudre le mystère du local d’informatique. Ça la rend un peu tête de cochon et aventurière, mais ça fait partie de son charme. Elle n’est pas l’élève parfaite, mais ne laisse pas sa place. C’est un beau modèle de détermination. Il faut dire qu’ici, ça la mettra dans de beaux draps à quelques reprises… mais qui ne risque rien, n’a rien. C’est ce qui arrive quand on se mêle de ce qui ne nous regarde pas. Je vous rassure… ça finit bien !

Comme on nous l’annonce sur le livre, il s’agit du tome 1. Je crois que ce sera une série particulièrement intéressante et qui mettra de l’avant un personnage féminin différent. Sarah-Lou ne semble pas préoccupée par les aléas de l’adolescence. Même si c’est un roman «policier», le quotidien ne perd pas sa place. Sarah-Lou sera punie pour les différentes gaffes qu’elle fera et les mauvaises décisions qu’elle prendra.

Le rythme des péripéties est bon. On n’a pas l’impression qu’il y a des longueurs et surtout, on ne voit pas les punchs arriver. J’avoue être un bon public pour les séries policières, car je ne vois jamais rien venir (ou presque). D’ailleurs, la mise en page contribue à l’ambiance. Certaines phrases sont ressorties du texte. Les textos sont dans des bulles. Les notes de Sarah-Lou sont sur une feuille de calepin. Ça rend la mise en page dynamique.

J’ai passé un bon moment avec Sarah-Lou. J’aime qu’on montre une ado qui n’est pas en crise d’adolescence et qui ne se pose pas sans cesse de questions existentielles. J’ai hâte de voir la suite. À quelle enquête s’attaquera ensuite Sarah-Lou ?

 

Dès 8 ans.

You Might Also Like

Billet précédent
Billet suivant

Laisser un commentaire