0-5 ans, 6-11 ans

« Léonard, le mouton qui ne voulait pas être tricoté », Mélanie Fortin et Philippe Béha, Les 400 coups

Les illustrations de Philippe Béha ont bercé ma jeunesse et elles continuent de bercer les jeunes aujourd’hui. C’est d’ailleurs en voyant le nom de Philippe Béha sur la couverture que j’ai voulu découvrir Léonard, le mouton qui ne voulait pas être tricoté En lisant le résumé, j’étais conquise. Un mouton qui veut réaliser ses rêves? Oui! C’est ce que je veux partager tous les jours pour mes enfants, ma famille, mes clients: montrer qu’on peut réaliser nos rêves. (Psst. En plus, j’ai trouvé la couverture vraiment bien pensée, rigolote!) Alors, un soir d’octobre, mes enfants et moi avons découvert l’histoire de Léonard.

Qui a dit qu’un mouton ne pouvait pas avoir de grands rêves? Le berger voit bien que Léonard est différent. Pourtant, pour la bergère croit que tous les moutons sont pareils. Contrairement à ses amis, Léonard ne rêve pas que sa laine soit tricotée en de beaux vêtements, ou que son lait soit utilisé pour faire les meilleurs fromages. Léonard veut voir le monde. Il veut s’envoler vers d’autres horizons. Vous devinerez bien que les autres moutons se moquent bien de lui et de son rêve. Ils ne sont que des moutons, ils n’iront nulle part. Riront-ils autant quand Léonard réalisera son rêve à force de patience et de détermination?

Le rêve ne sera jamais assez exploité dans la littérature. Nous devons tous travailler pour réaliser nos rêves et il est important de l’enseigner à nos enfants. Ce qui m’a particulièrement touchée dans le texte de Mélanie Fortin, c’est la détermination de Léonard. On voit bien qu’on n’obtient pas les choses facilement. Après une première déception, Léonard décide de prendre le taureau par les cornes. Il s’entraîne et surtout, il est patient. Les plus jeunes ne comprendront pas la notion du temps dans le livre. Par contre, il sera vraiment intéressant d’en discuter avec les plus grands. Ce n’est pas toujours facile d’être patient. Pourtant, quand on veut vraiment quelque chose, on est capable d’y mettre les efforts… peu importe le temps que ça prendra.

Au mots de Mélanie Fortin se joignent les illustrations de Philippe Béha. Cet illustrateur a vu neigé et il a traversé le temps. Même si je l’ai connu avec ses personnages particuliers, j’ai reconnu son charme dans les moutons de cet album. J’ai aimé la texture brouillonne des moutons qui donnent l’impression que leur laine se dandine. Ces moutons au gros nez ont bien faits rigoler mes enfants.

On aime l’histoire de Léonard, car elle montre que nos rêves sont accessibles, peu importe qui nous sommes (même un mouton). Elle nous montre aussi qu’il est facile de se moquer des autres, mais qu’il est aussi facile de les envier. Au lieu de se préoccuper des autres, pourquoi ne pas prendre ce temps pour travailler sur notre propre rêve? Et d’un autre côté, il ne faut pas perdre de temps avec ce que pensent les autres. Il faut plutôt le garder pour aller de l’avant.

You Might Also Like

Billet précédent
Billet suivant

Laisser un commentaire