Bien-être, Suggestions et critiques

Jiji et Pichou: de mon enfance, à la tienne!

Se rend-on vraiment compte de la chance que nous avons de côtoyer un enfant? L’enfant nous apporte la magie. Il nous apprend à regarder les choses d’un autre point de vue. Surtout, il nous permet de vivre de l’émerveillement pour de petites choses. Et j’adore ça! Chaque moment avec mes enfants a une touche de magie (même si parfois, elle est très bien cachée!).

Aujourd’hui, j’avais envie de vous raconter un de ses moments magiques. Je l’ai vécu avec mon petit homme il y a quelques semaines.

Parfois, on oublie un livre et pourtant, à la simple vue de sa couverture, tout nous revient. Ça a été mon cas à notre avant-dernière visite à la bibliothèque. Mon petit homme fouinait sur une tablette quand je me suis penchée pour lui parler. C’est alors que j’ai vu Jiji. Je ne me souviens pas de toutes les histoires de Jiji, mais je me souviens de Pichou son tamanoir-mangeur-de-fourmis-pour-vrai. J’ai donc décidé d’embarquer les deux premiers albums de Jiji et Pichou avec nous.

Dans la semaine qui a suivi, j’ai lu les albums avec mon petit homme. Au moment de lire les premières lignes, un vent de souvenirs a soufflé. Pas d’images, mais plutôt des sentiments. J’ai senti que je retrouvais une lecture confortable, qui m’était bien connue. Et j’ai senti la chance.

N’avais-je pas la chance de pouvoir partager cette lecture de mon enfant avec mon propre enfant? Il n’y a rien que je trouve plus excitant dans le rôle de parent que de transmettre des souvenirs, des connaissances, etc. J’ai dit à mon petit homme que je lisais ces albums à la bibliothèque de mon école quand j’étais petite. Évidemment, du haut de ses deux ans, il m’a rapidement écouté pour ensuite filer chercher un autre livre. Je vais donc devoir tout lui raconter une autre fois dans quelques années. Pour l’instant, j’ai tout de même senti que ce moment était spécial (pour moi!). Je suis une maman (et des fois, je dois me pincer pour vérifier que je ne rêve pas). C’est à moi de partager la magie avec mon petit homme et ma petite puce.

On voit que par quelques mots et quelques illustrations, le livre joue un rôle important dans nos souvenirs. Il les réveille et en crée d’autres. Il est rassembleur, comme la communauté autour de ce blogue. Enfin, le livre me permet de me coller sur mon petit homme en savourant une histoire de mon enfance.

Jiji et Pichou ont plus de 30 ans!

Qui peut croire que Jiji et Pichou sont plus vieux que moi! WOW! Combien d’enfants ont-ils pu toucher? C’est fou! Pour l’occasion, toute la série a été rééditée par la courte échelle. Vous pouvez maintenant les trouver avec une couverture rigide qui leur donne un petit coup de jeunesse!

Il faut dire que Ginette Anfousse a marqué mon passé de lectrice, notamment avec Rosalie, mais ça! C’est une autre histoire!

Il y a des classiques qu’on doit partager!

p.s.: La courte échelle a aussi réédité la série Zunik? L’avez-vous lu?

 

You Might Also Like

Billet précédent
Billet suivant

Laisser un commentaire