0-5 ans, 12 ans et plus, 6-11 ans

Fantômes, Sorcières, Monstres et cie!

La grenouille fantôme, Ohara Hale, Éditions La Pastèque

En pleine nuit, alors que toute la famille dort, Grenouille fantôme en profite pour s’amuser. Elle n’est pas méchante pour deux sous. Bien au contraire, elle veille sur la maisonnée, de nuit comme de jour. Avec un peu d’entraînement, tu pourrais même finir par la voir…

Ce qui frappe avant tout dans cet album, c’est son graphisme déluré et éclaté. Les illustrations sont vraiment originales. Les gros plans, les couleurs contrastantes, ainsi que les mignons personnages nous placent tout de suite dans une ambiance rigolote. Très vite, on sent qu’on n’a pas affaire à un livre ordinaire sur les fantômes. La pénombre y est même invitante, c’est pour vous dire! La grenouille fantôme y est pour beaucoup avec son doux sourire et ses délires farfelues. Mon moment préféré? C’est quand elle fait du surf sur la planche à repasser! Elle est joueuse, certes, mais ce n’est pas tout! La grenouille fantôme est omniprésente dans la vie quotidienne de cet enfant. Elle a comme mandat de veiller sur l’enfant, dans ses cauchemars, la nuit, comme dans ses peines, le jour, même si elle redevient invisible.

Un livre rempli de bienveillance qui déboulonne gentiment le stéréotype du fantôme. À lire aux enfants qui ont une peur bleue des fantômes!

Dès 4 ans.

Le sac à sorcière, Agnès de Lestrade et Robin, Éditions Nathan

Lili reçoit un cadeau super cool: une poupée sorcière capable d’exaucer n’importe quel vœu. Ni une ni deux, Lili murmure son souhait à l’oreille de la poupée, sans prendre la peine de lire toutes les instructions. Alors, oui, ça marche… mais pas exactement comme elle l’imaginait!

Un petit roman destiné aux jeunes lecteurs. Le texte est assez gros, bien fourni en dialogues et en images colorées. Il y a quelques pages pleines de texte qui peuvent demander un peu de soutien auprès d’un lecteur débutant. Cependant, comme de nombreux rebondissements surviennent, le rythme de l’histoire va bon train et cela rend la lecture captivante.  La poupée sorcière se relève être un prétexte pour aborder le thème de l’enfant unique qui souhaite ici avoir une petite sœur. Ce n’est aucunement une sorcière maléfique et ses pouvoirs sont bien limités. Pourtant, la magie opère, car l’héroïne vit une gamme d’émotions auquel tout enfant se reconnaîtra d’emblée.

Dès 6 ans.

Drôle de prince charmant!, Karine Dupont-Belrhali et Gaëlle Duhazé, Éditions Milan Poche

Yvan, vampire tyrannique, quitte sa Transylvanie natale pour un pays où sa terreur pourra enfin rayonner à sa juste valeur. Avec un ambitieux projet en tête, il monte, avec grogne, le Château de la peur. Gloire et célébrité sont immédiatement au rendez-vous! Mais voilà que débarque de nulle part la princesse Zina. Elle doit trouver rapidement un prince charmant et pour cela elle compte bien utiliser le château à son avantage.

Un sympathique roman très au goût du jour avec ce vampire moderne qui cherche la célébrité rapide. Les illustrations accrocheuses et rigolotes de Karine Dupont-Belrhali accompagnent magnifiquement bien le texte. Ici, on est complètement dans le thème d’Halloween : vampire, château, peur, bave, pustule, dragon, marmite et toile d’araignée. Le vocabulaire est riche et intéressant à exploiter. On aime également le mélange des genres lorsque le conte de fées (la princesse) rencontre l’histoire d’horreur (le vampire). C’est original et cela demeure léger.

Deux plus dans cette collection! Tout d’abord, les personnages ainsi que quelques mots de vocabulaire (mis en relief dans le texte) sont définis sur les rabats de la couverture. Qui plus est, un dossier de plusieurs pages complète le roman grâce à des petits jeux qui font travailler la compréhension de la lecture. Le plaisir peut donc continuer.

 Dès 6 ans.

Bienvenue chez le fantôme!, Élodie Agin et Amélie Fléchais, Éditions Milan

Dédé le fantôme aspire à une retraite bien méritée. Trois cents ans à faire peur, ça fatigue. Enfin, il a réussi à faire fuir tout le monde! Enfin, il est seul! Enfin… presque. La famille Sanstrouille et leurs deux enfants débarquent au manoir. Dédé va sûrement devoir reprendre du service…

Un court roman très bien adapté aux premiers lecteurs et qui peut aussi être utilisé auprès d’un public plus jeune. D’ailleurs, mes filles de quatre ans ont adoré. Le livre est abondamment illustré par des images en couleur ce qui permet de bien suivre le propos. De plus, même si le personnage principal est un vieux fantôme ronchon, l’histoire met rapidement en avant une famille qui, elle, ne craint aucunement d’avoir peur. L’effet étant de saisir le lecteur, de le surprendre et de le captiver. Pari réussi! Pour les grands comme pour les petits, ce roman est bien amusant.

Le plus : ce titre s’insère dans une collection bien garnie de romans du même genre. Faciles, bien ficelés et attrayants! C’est bien simple, mes enfants sont conquis et en redemandent encore.  Les jeux présentés à la fin de l’histoire représentent un excellent moyen de passer un bon moment parent-enfant, mais aussi de stimuler le plaisir de la lecture.

Dès 6 ans.

Les méchants, Épisode 1, Aaron Blabey, Éditions Scholastic Canada

Loup a un plan très ambitieux. Il veut changer la réputation des méchants en les transformant en héros. Pour ce faire, il a jeté son dévolu sur trois vilains coéquipiers : M. Serpent, M. Piranha et M. Requin. Ensemble, ils vont réaliser des bonnes actions! Enfin… c’est ce qu’il veut, c’est ce qu’il dit mais…

La page couverture m’a immédiatement attirée! Le titre, la bouille des personnages et la photo de style criminel: j’étais certaine que mes enfants adoreraient! Et, comme de fait, ils l’ont dévoré en une bouchée. Ce roman graphique en noir et blanc nous fait passer un moment très divertissant en compagnie de ces monstres déjantés. Ils menacent, crient, « gueulent », lancent des regards effrayants et prennent le lecteur à parti. Le loup est particulièrement désopilant par sa façon de faire brutale qui est en décalage (TOTAL!) avec son discours sur la gentillesse. Dans ce tome, M. Loup nous présente ses trois acolytes en fournissant, notamment, un accès privilégié à leur dossier criminel (on aime ce genre de détail!). Ces derniers font donc partis, malgré eux, du club des Gentils et le plan est de libérer les animaux détenus d’une fourrière. Une grande et belle action qui aura un effet plutôt mitigé. En tout cas, le ton est franc et l’humour est incisif. Un style qui, selon moi, plaira grandement aux jeunes!

Dès 7 ans.

Le fantôme d’Anya, Vera Brosgol, Éditions la courte échelle

Anya, jeune immigrante russe, intègre une école privée américaine et ce n’est pas facile. Pour éviter les moqueries de ses camarades, elle consacre beaucoup d’énergie à gommer son accent, sa silhouette ainsi que ses origines. Elle aimerait tellement se fondre dans la masse. Un jour, en rentrant de chez elle, elle tombe dans un puit abandonné. Et, comble de malchance, celui-ci est hanté par un fantôme! Emily Reilly y est décédée il y a environ 90 ans. Grâce à un petit morceau d’os de cette dernière, le spectre suit Anya partout et l’aide à avoir plus de confiance en elle. Devoirs, look, relations amoureuses, tout semble désormais plus facile! Néanmoins, la cohabitation entre les deux adolescentes montre rapidement des failles. Le piège semble se refermer peu à peu sur Anya qui réalise que sa nouvelle « amie » n’est pas exactement celle qu’elle prétend être…

À lire et à faire découvrir! Absolument!

J’ai dû insister auprès de mon plus vieux pour qu’il ne se laisse pas influencer par la page couverture (un brin féminin pour lui…) et le style du livre (une bande dessinée en noir et blanc en petit format), mais mes efforts ont été récompensés. Je l’ai convaincu et vous savez quoi? Il a adoré! Pourquoi? Car, comme moi, il a été transporté hors de sa zone de confort. Le lecteur se sent dupé et pris au piège au même titre que l’héroïne. Un roman qui conjugue habilement la vie de cette adolescente russe et le passé du fantôme d’Emily, les manques et les difficultés de l’une comme de l’autre dans les sphères amoureuses et familiales. Le suspense est tel qu’on a de la difficulté à lâcher le livre : on veut absolument savoir! L’originalité de cette histoire réside notamment dans la richesse de ses personnages et celle des thèmes abordés. Anya chemine grandement sous les yeux du lecteur. Elle finit notamment par réaliser que sous l’apparence et la vie des jeunes qu’elle envie se cachent des comportements peu glorieux.

Dès 12 ans.

You Might Also Like

Billet précédent
Billet suivant

Laisser un commentaire