Entrevues

Entrevue avec Cyrielle, illustratrice

Grandes fans de la culture nippone, moi et ma fille de 9 ans avons dévoré les trois tomes de la bande dessinée Akiko de Cyrielle. Une BD qui nous offre une incursion dans la vie d’une adolescente déracinée de chez elle (la France) et qui doit s’adapter à une nouvelle culture. Ces albums fourmillent d’informations sur le Japon, son peuple et ses coutumes : il y a tant tant tant à apprendre de ce pays!

Cet automne est sorti en BD son dernier projet collaboratif Les Petites Cartes Secrètes et bien sûr nous sommes super excitées! On a trop hâte de découvrir cet album et de vous en parler. En attendant, quoi de mieux que quelques questions-réponses pour la découvrir davantage?!

Peux-tu me décrire ta façon de travailler, ainsi que les outils ou le matériel que tu utilises pour réaliser tes illustrations?

Ça dépend sur quoi je travaille. Quand je fais de l’illustration, c’est uniquement sur des travaux de commandes. Dans ce cas, je travaille exclusivement à l’ordinateur. Je dessine tout sur tablette. En revanche, quand je fais de la BD, vu qu’il s’agit de projets personnels (que je travaille seule ou avec un scénariste), je préfère travailler sur papier, à l’aquarelle ou à l’encre. C’est vraiment ma technique préférée.

As-tu appris à dessiner toute seule ou as-tu suivi des cours?

J’ai dessiné seule jusqu’à l’âge de 18 ans. Après mon BAC (DEC au Québec), j’ai suivi une formation à l’École d’art Émile Cohl de Lyon, en France, pendant 4 ans.

Qu’aimes-tu le plus et le moins dans ton travail?

Ce que j’aime le plus c’est la liberté, d’être mon propre patron. De tout gérer en somme. En revanche, ce que je n’aime pas, c’est la manière dont nous traitent la plupart des (gros) éditeurs qui vivent grâce à nous. Ils devraient être les premiers à respecter notre travail et à essayer de nous rémunérer correctement. Mais plus les années passent, plus je vois du mépris de la part de ceux que nous faisons vivre. Ça donne parfois envie de tout arrêter.

T’arrive-t-il de manquer d’inspiration? Et, si oui, que fais-tu?

Oui bien sûr! Il y a plein de jour où c’est difficile de travailler. Soit parce que ce qu’on dessine ne nous plaît pas (dans mon boulot c’est 85% d’alimentaire et 15% de dessin plaisir). L’inspiration ne vient pas toujours. Du coup, je sors, je vais faire un tour dehors ou en librairie, pour me changer les idées et trouver l’inspiration.

As-tu un conseil à offrir aux jeunes qui aimeraient devenir illustrateur ou illustratrice?

De s’accrocher et de ne pas abandonner au premier refus. Il y en aura plein. Et surtout, de bosser. Le métier d’auteur/dessinateur est un métier de bosseur, on ne compte pas nos heures.

Y a-t-il un événement, personnel ou professionnel, qui a marqué ton parcours d’illustratrice?

Je crois que chaque sortie de BD est un événement en soi. Une belle émotion pour chaque auteur/dessinateur.

Quel livre a marqué ton enfance? Pour quelles raisons?

C’est difficile à dire! J’ai aimé lire tellement de livres. Certains ont marqué mon enfance, d’autres mon adolescence, d’autres ma vie d’adulte… Je pense que chaque livre est unique et offre une émotion particulière. J’en ai plusieurs qui me viennent en tête. Mais si je ne devais en évoquer d’un, ce serait Sailor Moon de Naoko Takeuchi. C’est en découvrant ce manga (et les mangas en règle générale) que j’ai eu envie de dessiner. Ça changeait énormément de mes lectures de l’époque, du franco-belge bien classique. Le style graphique de Naoko Takeuchi était vraiment différent de ce que je connaissais. Ça m’a ouvert plein de nouveaux horizons.

Quel illustrateur t’inspire en ce moment?

Je suis une grande fan de l’univers de Camille Jourdy. Tant pour son trait que pour la sensibilité de ses histoires. J’aime aussi beaucoup les dessins de Boulet ou encore l’incroyable Scott McCloud.

Quels sont tes projets pour 2018-2019?

Je viens de sortir une bande dessinée intitulée Les Petites Cartes Secrètes aux éditions Delcourt. J’ai travaillé avec Anaïs Vachez scénariste sur ce projet. Deux ans de travail! Nous sommes très fières de cette BD et espérons qu’elle touchera le plus grand nombre.

 

You Might Also Like

Billet précédent
Billet suivant

Laisser un commentaire