0-5 ans, 6-11 ans, Suggestions et critiques

Dans la bibliothèque de… Justine!

J’ai demandé à mes collaborateurs de vous proposer trois coups de coeur de leur bibliothèque, que ce soit leur bibliothèque actuelle ou celle de leur jeunesse. Voici maintenant les coups de coeur de Justine!

Avec un arrière-grand-père libraire et une mère institutrice, j’ai vite compris la source de ma passion pour les livres jeunesse. Lorsque j’étais enfant, le temps que je passais à lire se faisait en solitaire, et je n’ai jamais réclamé de moments de lecture avec l’un de mes parents les soirs avant de m’endormir. Ma bibliothèque fourmillait de livres de contes classiques, d’albums mettant en scène des animaux, des romans des bibliothèques rose et verte et de bandes dessinées. De ma mère, j’ai hérité des romans de la Comtesse de Ségur et de l’intérêt pour les enquêtes policières. De mon père, les BD (Tintin, Spirou, Cédric, Gaston Lagaffe, etc.) sont venues diversifier mes heures de lecture autant qu’elles m’ont faire rire aux éclats. Pour une Belge, normal me direz-vous… 😉 Eh oui!

Le prince de Motordu
chez Gallimard Jeunesse

Il était une fois, dans un pays pas si lointain, vivait un prince baptisé Motordu. Un nom prédestiné pour un souverain qui avait la manie de mélanger tous les mots. Il vivait dans un grand chapeau avec son épouse, la princesse Dézécolle, et eut la joie d’élever deux beaux enfants, un glaçon et une petite bille. Que de rires et de plaisir j’ai eus en lisant les belles lisses poires du prince de Motordu! De là est également né mon intérêt pour François Pommier et la Renaissance (référence à l’album Les belles lisses poires de France). En 2010, la maison Gallimard Jeunesse a édité un album anniversaire pour célébrer les 30 ans de la série créée par l’auteur Pef, de son vrai nom Pierre Élie Ferrier. Un DVD de l’histoire et de trois dessins animés en prime y est inclus. Encore aujourd’hui, lorsque je visite le kiosque de l’éditeur aux Salons du livre, mon réflexe consiste à rechercher la série pour m’imprégner de cet humour fin et subtil grâce aux nombreux jeux de mots de l’auteur.

Martine
chez Casterman

Le moins que l’on puisse dire, c’est que je n’ai jamais renié mon côté petite fille. La série des Martine représentait pour moi le modèle de l’enfant parfaite qui réussissait tout (de l’école aux activités artistiques et sportives en passant par les relations sociales) et qui illuminait par son insouciance et son bonheur de vivre. Avec le temps, je me rends compte que j’étais une « Martine » à ma façon tant j’ai exercé tout ce que l’auteur, Gibert Delahaye, a fait vivre à son héroïne. Les premiers Martine que j’ai dévorés me venaient de ma mère. Au-delà des histoires, ce sont les illustrations de Marcel Marlier qui m’éblouissaient, et toujours maintenant. De splendides œuvres d’art! Le 60e et dernier album de la série « Martine et le prince mystérieux » a été publié en 2010. Aujourd’hui, la série a été rafraîchie par des rééditions plus épurées et sous différentes formes : romans, livres audio, albums illustrés. Les illustrations réalisées par ordinateur ont quelque peu perdu leur effet naturel et la douceur de leurs couleurs. Mais les histoires restent empreintes de tendresse et de réconfort dans tous les moments de la vie. Un retour à la simplicité des choses.

Les enquêtes d’Alice Roy
chez La Bibliothèque rose et verte

Alice, cette détective amatrice et intrépide, m’a rendue férue des romans et des séries policières. C’est vers l’âge de 9-10 ans que j’ai découvert cette série. Les romans étaient à l’époque publiés dans la Bibliothèque verte (depuis 2011, vous les retrouverez dans la Bibliothèque rose). Le caractère débrouillard et ingénieux de cette héroïne, le principe de relier des faits les uns aux autres pour résoudre une énigme me fascinaient. Chaque année, l’une de ses aventures figurait sur ma liste d’idées cadeaux de Noël ou d’anniversaire. La création de cette série est assez atypique. Alice Roy, de son vrai nom Nancy Drew, est née en 1930 aux États-Unis sous la plume d’un collectif d’écrivains qui se faisait appeler Caroline Quine. Jusqu’en 2003, ce sont près de 175 volumes qui ont été édités (aux États-Unis du moins). Son succès ne s’est jamais démenti, car aujourd’hui, la série se poursuit aux éditions Bayard sous le titre de… Nancy Drew, détective.

(Alice à Venise n’est plus disponible en librairie. Rendez-vous dans une bibliothèque près de chez vous.)

Ma liste pourrait être encore longue, alors à bientôt pour de nouvelles aventures!

You Might Also Like

Billet précédent
Billet suivant

Laisser un commentaire