Browsing Category

Thèmes mensuels

0-5 ans, 6-11 ans, Thèmes mensuels

Conseils de lecture: Les petits voyageurs

Ce mois-ci, notre nouvelle collaboratrice, Mélissa, s’est occupée de la chronique Conseils de lecture. Elle vous propose des titres très populaires chez elle. Justine y ajoute son petit grain de sel en vous proposant un titre pour les 8 ans et plus !

Bon voyage !

Mélissa vous conseille…

J’explore le Québec, Pascal Biet, Louise Pratte, Julie Brodeur et Christine Ouin, Guide de voyage Ulysse

Un premier guide de voyage destiné aux enfants de 6 à 12 ans, dans lequel on apprend sur l’histoire, la géographie, la nature et la culture du Québec. On y retrouve des idées de sorties pour explorer la province et des suggestions de bricolage à faire avec les enfants. Séparé en chapitres thématiques: à la campagne, à la montagne, au bord du fleuve, à la mer, chez les Amérindiens et Vers le Grand Nord, il est facile de s’y retrouver. Une section Activités est proposée à la fin du livre (un petit quiz pour tester tes connaissances sur le Québec, un cherche et trouve, des charades, etc,).

J’aime son contenu éducatif et divertissant à la fois. Les illustrations sont captivantes et donnent le goût de partir à l’aventure. J’aime aussi l’espace réservé à la fin pour écrire notre propre journal de voyage et le conserver en souvenir par la suite.

Un ouvrage vraiment bien conçu pour éveiller l’intérêt des enfants pour le Québec. Une vraie mine d’or pour les familles !

Dès 6 ans.

L’Afrique racontée aux enfants, Alexandre Messager et Stefan Rousseau, La Martinière Jeunesse

Ce documentaire nous invite à découvrir le vaste désert du Sahara, la savane, le Kilimandjaro, le Nil, l’île de Madagascar, etc. Il nous amène à la rencontre du peuple africain et nous sensibilise aussi sur les difficultés dont le continent souffre, dont le braconnage, le paludisme et le manque d’accès à l’eau potable. L’histoire de l’esclavage est aussi abordée.

Un ouvrage aux illustrations photographiques grandioses, qui nous permettent de découvrir le continent, sa culture et toutes ses richesses.

Dès 8 ans.

Les découvertes de Papille au Costa Rica, Lucie Plante, Septembre éditeur

Papille, un petit personnage-papillon, nous propose de s’envoler avec lui vers le Costa Rica. Nous y apprendrons une foule d’informations sur le pays. Sans tous les nommer, les volcans actifs, la forêt tropicale, la nourriture, les animaux et les différents oiseaux font partie des sujets abordés. Nous y découvrirons même un arbre qui marche.

L’album compte seize pages comprenant deux à quatre photos par page. J’aime les phrases courtes et la simplicité du vocabulaire, idéal pour les 4 à 8 ans.

Mes enfants ont aimé le personnage Papille qu’on retrouve à chaque page et qui est positionné de façon un peu rigolote. Les découvertes de Papille, de la collection «Autour du monde», se composent d’une vingtaine d’ouvrages, dont le petit dernier au Costa Rica.

Dès 4 ans.

Biscuit et Cassonade, de parfaits compagnons de voyage

Biscuit et Cassonade à New York, Caroline Munger, Éditions de la Bagnole

Biscuit et son petit frère Cassonade, deux mignonnes peluches, nous font découvrir la grande ville de New York. La statue de la Liberté, les hauts gratte-ciel impressionnants, les nombreux taxis jaunes, Central Park et Times Square font partie de leur aventure.

Ce livre nous permet également d’en apprendre un peu plus à propos de New York. Par exemple, Biscuit est très fier d’apprendre à son frère que la statue de la Liberté a été offerte aux États-Unis par la France, en guise d’amitié entre les deux pays.

J’aime que les petits personnages soient photographiés dans le monde réel. Cela incite les enfants à s’intéresser au monde, via l’attachement qu’ils développent envers les peluches. Deux vidéos sont d’ailleurs disponibles sur la chaîne YouTube de Biscuit et Cassonade afin d’en apprendre davantage sur les dessous des sessions de photos.

Dès 3 ans.

Biscuit et Cassonade au Mexique, Caroline Munger, Éditions de la Bagnole

Nos deux adorables compagnons partent cette fois-ci pour le Mexique. Ils y découvrent la jungle, un lagon, les palmiers, la plage, les pyramides, les Mayas et la culture mexicaine.

L’histoire permet d’apprendre quelques mots en espagnol et le texte est très enrichissant côté vocabulaire. Par exemple, ils apprennent que ce grand chapeau coloré que portent les Mexicains les jours de fête se nomme un sombrero. Également, il sensibilise sur le fait qu’il est important de boire beaucoup d’eau quand il fait chaud pour ne pas souffrir d’un coup de chaleur comme nos deux beaux amis Biscuit et Cassonade.

Dès 3 ans.

Biscuit et Cassonade à Paris, Caroline Munger, Éditions de la Bagnole

Cette fois, les deux peluches attachantes ont pour destination: Paris ! Ils visitent La Seine, la tour Eiffel, Montmartre, le Musée du Louvre ainsi que le château de Sceaux. Ils y découvrent aussi un petit café charmant qui satisfait la gourmandise de Cassonade.

Souvent, les voyages nous permettent de faire des rencontres inattendues. Eh bien! À Paris, nos compagnons ont la chance de rencontrer une célèbre actrice. Je vous laisse découvrir qui… mais noter qu’elle nous a bien fait sourire !

Bref, Caroline Munger réussit à nous faire voyager à partir de notre salon, en compagnie de nos chers copains Biscuit et Cassonade (Casso pour les intimes).

Dès 3 ans.

Justine vous conseille…

Graines de cabanes, Philippe Lechermeier et Éric Puybaret, Gautier Languereau

De la cabane en carton en Chine jusqu’à la cabane de plage en Californie sans oublier celle de sable en Libye, vous traversez le monde à la découverte des plus beaux logis construits à l’aide des graines de l’imaginaire. Dans son carnet de voyage, Alphonse Cagibi rassemble ses observations sur plus d’une vingtaine de maisonnettes qu’il visite. Certaines sont même inspirées des célèbres contes de notre enfance tels que Les trois petits cochons et Hanzel et Gretel. Si vous souhaitez en construire une, suivez le guide. Avec les conseils de sécurité et les outils suggérés par notre voyageur, vous ne pourrez pas vous tromper. Graines de cabanes, c’est une exploration autour du globe des plus belles demeures tirées de vos rêves.

Dès 8 ans.

0-5 ans, Suggestions et critiques, Thèmes mensuels

Conseils de lecture : L’apprentissage de la propreté

Quand on cherche des livres sur l’apprentissage de la propreté, deux choses ressortent. D’abord, les histoires finissent toutes par se ressembler. Ensuite, il semble bien difficile de trouver du vocabulaire varié pour jaser de pipi et de caca. Pour les Conseils de lecture de ce mois-ci, j’ai emprunté une dizaine de livres à la bibliothèque. J’en ai testé plus de la moitié avec mon petit homme. Je vous présente les 4 titres gagnants.

Gros pipi, Émile Jadoul, École des Loisirs

Toutes les nuits, Léon réveille ses parents pour aller faire pipi. Comme ses parents sont très fatigués, il lui rappelle qu’il peut aller à la salle de bain seul. Léon se décidera-t-il enfin à y aller seul ?

L’apprentissage de la propreté et la nuit, deux concepts qui ne semblent pas très harmonieux. La nuit est souvent la dernière étape pour maîtriser la propreté. Ce que j’ai aimé de Gros pipi, c’est que l’album est simple. Peu de pages, peu de texte, Émile Jadoul va à l’essentiel : prendre son courage pour aller à la toilette seul pendant la nuit. Et encore, je ne vous vole pas le punch.

2 à 4 ans

Petit héros fait pipi comme les grands, François Barcelo et Marc Mongeau, Les 400 coups

Au premier coup d’œil, j’ai décidé que je n’aimerais pas ce livre. En fait, je n’aime pas trop la texture des illustrations. Toutefois, à la lecture de Petit héros fait pipi comme les grands, je devais le mettre dans notre palmarès.

D’abord, l’auteur écrit au «tu». Il interpelle directement votre enfant. Sera-t-il sensible à l’écriture de l’auteur? C’est une autre histoire, mais ça vaut le coup d’essayer. Puis, j’ai aimé que ce petit album aborde des problématiques comme l’effet des couches sur votre enfant (par exemple, les fesses qui piquent), les effets financiers (ça coûte cher des couches) et pour l’environnement (par exemple, les dépotoirs). Détrompez-vous, le texte n’est pas lourd. On ne fait que survoler les sujets, ce qui est parfait si, comme moi, vous traversez la phase du «Pourquoi».

Aussi disponible, Petit héros fait caca comme les grands.

Dès 3 ans.

Expédition GROPIPI, Didier Lévy et Lili la Baleine, Gauthier Languereau

Pipo, le croco de ce charmant petit bonhomme, a peur de se rendre à la toilette seul la nuit. Le petit garçon l’accompagne et ensemble, ils traversent toutes les pièces de la maison. Comme quoi se rendre aux toilettes pendant la nuit peut parfois être une aventure.

Il ne faut pas oublier qu’une maison peu éclairée peut faire peur à nos enfants. Ils peuvent donc tenter de se retenir et finalement, faire pipi dans le lit. Cet album présente le tout comme une aventure. On en fait un jeu. Fini les inquiétudes, on fonce. Oh ! Aussi, illustrations approuvées par mon petit bonhomme !

3 à 6 ans

Les petites culottes, Chantal Delvaux et Blanche Louis-Michaud, Dominique et compagnie

Grognon le caleçon, Biscotte la culotte, Monsieur Bermuda et Mademoiselle Dentelle sont tous dans le panier à linge sale depuis la veille et ça pue! Tannés, Grognon le caleçon et Biscotte la culotte prennent le poudre d’escampette pour aller se laver et sentir bons. À travers les péripéties, ils se rendent compte que le panier à linge sale n’est pas si mal! Comme quoi, le gazon n’est pas toujours plus vert chez le voisin.

Sans parler directement d’apprentissage de la propreté, cet album parle de la propreté des sous-vêtements. On raconte comment les sous-vêtements se sentent bien quand ils sont propres. Cet album n’est pas approuvé par mon petit homme de 2 ans. Il y a beaucoup trop de texte. Le texte se ballade sur les pages au rythme des aventures de Grognon le caleçon et de Biscotte la culotte. Personnellement, je n’ai pu résister à ces charmants sous-vêtements.

Dès 3 ans.

 

Vous pouvez aussi lire l’article de Justine sur Le petit prince pissenlit qui parle des pipis au lit.

0-5 ans, Suggestions et critiques, Thèmes mensuels

Petit prince deviendra propre

La période de l’enfance est entremêlée de bonnes et de pénibles expériences dans l’apprentissage des choses de la vie. L’éducation à la propreté et à l’hygiène suscite bien souvent de la honte et de la tristesse chez les enfants qui doivent faire face aux railleries de leurs camarades, voire pour certains, aux remontrances de leurs parents. Cette injustice, Anne Duguël et Claude K. Dubois ont su la transformer en un conte tendre et « parfumé », Le petit prince pissenlit, pour démontrer que même les petits princes arrivent à surmonter les obstacles des fuites au lit.

Dans son royaume entouré de sa famille, Ricounet vit de l’amour de ses parents et de l’affection (quelquefois maladroite) de sa nourrice. Heureux, pensez-vous? Malheureusement non, car chaque matin, le petit prince se réveille sur un matelas mouillé et enveloppé par des draps humides. Devant un papa furieux, une maman désemparée et une nourrice désobligeante, Ricounet n’a d’autre envie que de rentrer sous terre et de cacher ses yeux emplis de larmes. Ses nuits deviennent longues et angoissantes à force de lutter contre sa vessie qui lui joue des tours. Il lutte des heures durant, mais plus il pense, plus il s’échappe. Que faire?

Un soir, la venue d’une fée bienveillante pourrait bien lui donner un coup de main, mais non régler son problème à sa place. D’un coup de baguette magique, les taches humides que Ricounet laisse échapper ne sont plus que des jonquilles odorantes faisant le ravissement du royaume. Les femmes de chambre se composent un bouquet, maman se confectionne une couronne et papa encense son petit prodige. Ricounet devient ainsi l’héritier aux fleurs d’or comme la poule aux œufs d’or de Jean de La Fontaine.

Au fil des jours, l’angoisse s’éloigne laissant place à des nuits paisibles pour le petit prince qui se réveille les matins suivants dans des draps frais et secs. Les fleurs ont disparu de la couche princière, et les femmes de la cour ont fini par se contenter des coquelicots cueillis dans le champ d’à côté. Quant au papa souverain, il déclara fièrement : « Au moins, le peuple ne […] surnommera pas [mon fils] Pissenlit Ier. »

Le petit prince Pissenlit aborde un sujet délicat autant pour l’enfant que pour les parents parfois démunis de mots et de gestes face à ce genre de situation. L’auteure de cet album, Anne Duguël, dit Gudule, démontre que les remontrances ne résolvent aucunement le problème. Dans la vie, il y a plusieurs façons de surmonter les obstacles de l’éducation à la propreté, et les mises en situation peuvent aider à rassurer l’enfant du cours normal des étapes de son apprentissage. Sous l’angle du conte, l’histoire est racontée simplement avec des expressions poétiques et délicates en toute situation : corolles, fleurs d’or, rire sous cape, indignation, honte suprême…

Avec ses illustrations légères et son trait spontané, Claude K. Dubois est l’une de mes artistes favorites. Les couleurs pastel et tendres de son aquarelle me plongent sans cesse dans la rêverie et me donnent envie de prendre le pinceau (ou le crayon, c’est selon) pour imiter ses personnages qui semblent si simples à reproduire. Mais derrière cette simplicité, se cachent un travail d’orfèvre et des années d’expérience après plus de 30 ans à réaliser des albums jeunesse.

Le petit prince Pissenlit devient l’histoire de tous les enfants pour qui les petits oublis sont source de gros ennuis, mais qui, avec de la tendresse et du temps, apprennent à soulager leurs tourments.

0-5 ans, 6-11 ans, Suggestions et critiques, Thèmes mensuels

Conseils de lecture : l’amitié une question de respect, le respect de soi et des autres !

Trouver des livres sur l’amitié peut sembler facile et ça l’est. Trouver des livres qui parlent de comment se faire des amis, c’est plus difficile. Aujourd’hui, je vous propose deux titres qui parlent de se faire de nouveaux amis et deux titres qui parlent de deux valeurs importantes en amitié. Tout ça sous le chapeau du respect. Il faut se respecter soi-même et les autres pour avoir des amitiés saines. Et ça peut être difficile à expliquer à des petits amours !

 

La fille en bleu, Elsa Oriol, Kaléidoscope

Résumé : Manon a repéré la fille en bleu dès la rentrée. Elle voulait être son amie. Manon tente plusieurs approches et tente de se montrer intéressante devant elle. Pourtant, la fille en bleu se moque d’elle ou de ses champs d’intérêt.

J’aime parce qu’on peut deux éléments intéressants ressortent de La fille en bleu. D’abord, le point central de l’histoire est certainement l’importance de demeurer soi-même et de ne pas se laisser marcher sur les pieds. La fille en bleu ridiculise Manon à plusieurs reprises. Par son désir fou de devenir son amie, Manon ne dit rien et s’efface derrière les commentaires de la fille en bleu. Ensuite, l’histoire se termine sur l’espoir. Il faut garder l’œil ouvert. L’amitié se trouve peut-être là où on n’a pas regardé. Parfois, on focalise tellement sur une chose qu’on oublie de regarder autour. Il faut apprendre à nos enfants à être ouverts aux opportunités. De belles surprises peuvent s’y cacher.

Âge : 5 à 7 ans

 

Veux-tu être mon ami ?, Éric Battut, Didier Jeunesse

Résumé : Cette charmante souris verte est rejetée par toutes les souris grises. Elle part à la recherche d’un ami. Elle se frappe à quelques murs. Pourtant, un animal insoupçonné accepte d’être son ami… et même de piler par-dessus sa peur pour être son ami.

J’aime parce que même si les illustrations et le texte n’est pas très recherché, Veux-tu être mon ami ? véhicule deux messages puissants. Tout d’abord, il est possible que certaines personnes ne souhaitent pas être notre ami. Bon. Dans un monde où nous voulons des enfants parfaits, il peut nous sembler inconcevable que d’autres enfants refusent d’être amis avec le nôtre. Dans la vraie vie, ce n’est pas vrai que nous voulons être amis avec toutes les personnes que nous avons rencontrées. Il arrive que nous ayons moins d’affinités ou que leur présence nous mette à l’aise. Il faut donc apprendre à accepter le non et comprendre que ce n’est pas une finalité. Il ne faut pas figer devant un « non ».

Puis, il ne faut pas avoir peur de l’inconnu. La petite souris verte s’adresse à plusieurs animaux sans même se demander s’ils pouvaient être des prédateurs. Oui, il ne faut pas parler aux inconnus. Du même coup, il ne faut pas se fermer complètement à l’inconnu. Il faut garder l’esprit ouvert et être capable d’apprendre à le connaître… Sinon, comment pourrions-nous nous faire de nouveaux amis ?

Âge : 2 à 6 ans

 

La magie de Sami, Jennifer Couëlle et Julie Grugeaux, Planète Rebelle

Résumé : Sami sent qu’il a un pouvoir spécial. Il peut sentir ce qui va se passer, par exemple que la dame croisée dans la rue est triste, ou qu’un collègue de classe va avoir un accident de vélo puisque celui-ci est endommagé. D’où vient ce don ? Papa et maman lui disent qu’il est un sorcier. Il vient d’une lignée de sorcier qui pratique « l’empathie ».

J’aime parce qu’on manque d’empathie ! Il faut être à l’écoute des autres. Le non-verbal parle beaucoup. Il faut apprendre à nos enfants à être sensibles au bien-être des autres. Sans trop s’impliquer, un simple sourire ou un mot d’encouragement peuvent changer la journée d’une personne. De plus, je dois dire que c’est la couverture qui m’a attirée. Les illustrations fines de Julie Grugeaux sont magnifiques. Elles sont douces comme l’est l’empathie. Tout en douceur !

Âge : À partir de 5 ans (et je n’essayerais pas avec mon petit homme de deux ans… il est vraiment beaucoup trop de texte sur les pages)

 

Lièvre et Ours. C’est à moi !, Emily Gravett, École des loisirs

Résumé : Ours et lièvre sont de vrais amis. Ils font tout ensemble ! Ils jouent, mais ils se disputent aussi. Quand l’un s’approprie tout, l’autre fait preuve de patience. Rapidement, il comprendra qu’il doit partager.

J’aime parce que les enfants ont tendance à vouloir tout avoir. C’est bien correct, mais il faut quand même apprendre à partager. Cet album utilise des phrases simples pour faire comprendre qu’en amitié, il faut partager. Les deux personnages sont super mignons en plus !

Âge : 3 à 5 ans

 

Je me permets de vous rappeler Le chapeau rond de Monsieur Melon, Christine Nadeau et France Cormier, chez les 400 coups. Un beau petit album pour nous rappeler de ne pas juger une personne sans la connaître. Elle pourrait être un ami précieux, qui sait !

Je vous rappelle aussi un gros coup de cœur WOW !, Le lion et l’oiseau, Marianne Dubuc, La Pastèque. Un livre magnifique pour enfants et adultes. Qualité signé La Pastèque, Le lion et l’oiseau nous raconte que la famille est importante, mais qu’une belle amitié est difficile à remplacer !

 

N’hésitez pas à ajouter vos suggestions en commentaires !

Bonne lecture !

 

Suggestions et critiques, Thèmes mensuels

Conseils de lecture : 5 (+2) livres pour ne pas avoir peur du noir

Ce mois-ci, personne n’a proposé de sujet pour la chronique Conseils de lecture. J’ai donc choisi par moi-même. Je vous propose des titres qui parlent de la peur du noir. Qui n’a jamais eu peur du noir? Vous? WOW! Vous êtes impressionnants. Je crois que tout le monde a eu peur du noir à un moment ou à un autre. C’est une peur normale après tout, notre sens le plus utilisé, les yeux, n’ont plus leurs super pouvoirs. C’est pourquoi les Conseils de lecture de ce mois-ci regroupent des livres qui parlent de la peur du noir.

À la tombée de la nuit. Conseils utiles pour une cohabitation pacifique entre les espèces, Enrique Quevedo, la courte échelle

Voilà un livre plus artistique. À la tombée de la nuit. Conseils utiles pour une cohabitation pacifique entre les espèces est un petit livre rempli de trucs pour partager la maison avec les monstres. C’est un très bel album en noir et blanc et où les conseils semblent sortir d’une autre époque. Après tout, qui illumine son chemin à la chandelle de nos jours?

Je vous le suggère, car il faut parfois sortir nos enfants de leur zone de confort. Fini les illustrations très découpées et très colorées. En les sensibilisant à un autre style d’illustration, vous contribuez à développer son esprit critique.

 

Le chevalier qui avait peur du noir, Barbara Shook Hazen et Tony Ross, École des loisirs

Messire Fred est un chevalier très apprécié dans le royaume. Pourtant, certains le soupçonnent de cacher quelque chose. C’est vrai! Messire Fred a peur du noir. Il a très très très peur. Or, lorsqu’il rencontre dame Gwendolyn, celle-ci veut le rencontrer seule. Quoi de mieux que la nuit pour se rencontrer à l’insu de tous? Messire Fred devra prendre tout son courage pour traverser la nuit et pour ne pas perdre l’amour de dame Gwendolyn.

Voilà une histoire toute simple qui montre bien qu’il ne faut pas avoir honte de nos peurs. Au contraire, nous avons tous des peurs et avec du courage, nous pouvons les surmonter. Personnellement, les illustrations de Tony Ross me rappellent certains livres de mon enfance.

Non pas dodo!, Stéphanie Blake, École des loisirs

Même si ce livre ne me disait rien au départ, avec un peu d’animation, mon petit homme a beaucoup aimé. Si je ne l’avais pas arrêté, on l’aurait lu 3-4 fois. On s’est arrêté à deux. Fiou! Simon et son petit frère Gaspard construisent une cabane dans le jardin. Au moment de souper, ils rentrent à la maison. Malheureusement, au moment de se coucher, Gaspard se rend compte qu’il a oublié sa doudou dans la cabane dans le fond du jardin. Tout le monde sait qu’un enfant ne peut pas dormir sans sa doudou. Simon prend son courage à deux mains et traverse la noirceur pour aller récupérer la doudou. Les dessins de Stéphanie Blake sont simples, mais efficaces. C’est une belle histoire de courage et d’amour entre frères.

 

La nuit des pirates, Peter Harris et Deborah Allwright, Éditions Scholastic

C’est la nuit et Thomas entend de drôle de bruits à l’extérieur. Il voit que ce sont des pirates filles! Thomas demande de les suivre et il vivra une grande aventure! Évidemment, cette histoire n’est pas sans nous rappeler Peter Pan. Toutefois, j’aime l’utilisation de la typographie et la disposition du texte. La présentation du texte contribue à la dynamique du texte. Pourquoi ne pas lire le texte en mettant l’emphase sur certains mots ou en chuchotant d’autres mots? Un livre parfait pour animer votre moment de lecture.

Malheureusement, ce livre est épuisé. Alors, trouvez-le à la bibliothèque!

Plus noir que la nuit, Chris Hadfield et les Frères Fan, Éditions Scholastic

Je vous ai déjà parlé de ce magnifique album de Chris Hadfield et les Frères Fan. Voici ce que j’en disais lors de nos premiers Conseils de lecture : «Gros coup de cœur de petit homme et de papa ici (et de moi aussi!). Un bel album qui raconte un moment marquant de l’enfance de l’astronaute canadien Chris Hadfield : les premiers hommes sur la Lune. Le petit Chris y apprend à ne pas avoir peur du noir et de ses ombres et il apprend à poursuivre ses rêves. Il faut dire que ça a fonctionné! On connaît la suite de l’histoire de Chris Hadfield!»

Le noir, Lemony Snicket et Jon Klassen, Milan

Laszlo n’aime pas le noir. Bien souvent, le noir reste confiné à la cave. Pourtant, le soir, il s’étend dans toute la maison. Un soir en particulier, le noir entre dans la chambre de Laszlo. Ce petit garçon découvrira que le noir n’est pas là pour lui faire peur. Au contraire, il veut bien l’aider à se sentir bien dans sa chambre.

Dès 4 ans.

BONUS

Il y a un alligator sous mon lit, Mercer Mayer, École des loisirs

Il y a un cauchemar dans le grenier, Mercer Mayer, École des loisirs

Au fil de mes recherches pour ce texte, les livres de Mercer Mayer revenaient tout le temps. Il faut le dire, ces livres sont aussi vieux que moi. Et pourtant! Même si ces livres semblent avoir mal vieillis, c’est tout à fait le contraire. Ces livres mettent de l’avant la détermination et la débrouillardise des enfants. Les enfants prennent leur courage à deux mains pour combattre leurs peurs.

Dans la même série, nommons Il y a un cauchemar dans mon placard de Mercer Mayer. Une suggestion de notre invité, Louis Émond.

 

Bonne lecture en famille!