Browsing Category

Thèmes mensuels

0-5 ans, 6-11 ans, Suggestions et critiques, Thèmes mensuels

4 livres pour aborder le changement

Les changements, il y en a de toutes sortes ! Pour un enfant, ce peut être difficile d’apprendre à négocier avec ceux-ci. Pour cet article, nous vous proposons des livres jeunesse qui abordent le changement sous différentes facettes.

Suggestion de Justine

Les nouveaux hippopotames, Lena Landström,
École des loisirs

Ah, le changement! Le chamboulement de nos habitudes, la surprise des imprévus, la crainte de l’inconnu et les difficultés de trouver ses repères. Pour maman hippopotame et son petit, le changement s’appelle l’intégration. Munis d’un modeste baluchon, ces deux mammifères décident de s’installer aux abords d’un nouveau marais déjà occupé par leurs congénères. Les hippopotames qui y ont déjà élu domicile ne voient pas l’arrivée de ces deux nouveaux d’un très bon œil. Au fil des jours, chacun apprendra à se connaître, à s’entraider, voire à s’inquiéter l’un pour l’autre.

Cet album, bien qu’édité il y a plus d’une décennie, aborde un thème plus que d’actualité. Au cours de notre vie, nous serons tous un jour amenés à voir nos habitudes ébranlées par des changements tant le monde évolue à vitesse grand V. Pour raconter cette histoire, l’auteure n’hésite pas à répéter les mots-clés propres au thème du changement et de l’intégration. Les illustrations en aplat, très graphiques et au trait de contour prononcé, plairont aux intéressés des dessins d’animation. Au final, l’enfant comprendra que bousculer les habitudes peut avoir du bon, même si la nouveauté fait peur.

Dès 4 ans.

Suggestion de Julie

Lila et la corneille, Gabrielle Grimard, Scholastic

Lila est une fillette aux longs cheveux noirs qui vient tout juste d’arriver dans une petite ville rurale où elle ne connait personne. Le matin de son premier jour d’école, elle file sur le chemin pour s’y rendre tant elle est fébrile à l’idée de rencontrer de nouveaux amis. Cependant, Lila déchante rapidement lorsqu’à la récréation, un élève l’insulte en la traitant de corneille. Sur le chemin du retour, alors qu’elle a le cœur gros, elle croise justement une corneille qui tente d’attirer son attention, mais sans succès. Le lendemain, la petite fille cache sa chevelure sous une épaisse tuque afin d’éviter qu’on ne se moque encore d’elle. Malgré tout, le même garçon la ridiculise à nouveau. C’est ainsi que, jour après jour, le manège se poursuivant à l’école, la pauvre Lila se refermera sur elle-même en évitant le plus possible les autres enfants. Sur le chemin de l’école, elle continuera de rencontrer cette étrange corneille qui, un soir, lui ouvrira les yeux sur sa beauté et sa valeur. Cela apaisera Lila qui trouvera un moyen de s’accepter tel qu’elle est et de surprendre les autres enfants par son originalité à la grande fête d’automne, mettant ainsi fin à cet épisode de rejet dont elle était l’objet.

Gabrielle Grimard qui est illustratrice depuis plusieurs années déjà signe ici son premier livre jeunesse en tant qu’auteure. Ce qui m’a frappé au premier coup d’œil dans son album, ce sont les magnifiques illustrations faites en grande partie à l’aquarelle : des paysages sombres, mais tout en douceur qui donnent le ton à l’histoire, Lila avec ses longs cheveux noirs qui volent au vent et son visage si expressif. Cette histoire a été inspirée par la jeunesse de l’auteure et elle réussit d’ailleurs à traiter avec délicatesse d’intimidation et de rejet. Ce que j’ai apprécié de ce livre c’est qu’il aide les enfants à comprendre comment peut se sentir la personne rejetée ou intimidée : la tristesse qui envahit son cœur, son désir de rester seule et de passer inaperçue, l’incompréhension face à ce qui lui arrive, l’angoisse de ce qui pourrait encore survenir. Ce que j’ai particulièrement aimé de cette histoire, c’est le changement qui s’opère en Lila au contact des corneilles. Son âme s’apaise et une brillante idée germe dans son esprit. Cela lui donne le courage d’affronter les autres enfants tout en s’assumant telle qu’elle est : différente et unique.

Dès 6 ans.

Suggestions de Mélissa

Maman solo, Paule Brière et Gabrielle Grimard, Éditions Imagine

« La maman de Malou est soliste. Au concert, elle joue seule avec son violon. À la maison, elle joue seule avec Malou. » Voici un magnifique album qui aborde avec douceur le thème de la famille monoparentale. Malou accompagne sa maman partout où elle va et différemment des autres enfants, elle ne va pas à l’école. Elle aime bien voyager, changer de ville et dormir dans les hôtels. Mais quelque chose lui manque… comme elle sent que quelque chose manque à sa maman malgré la vie qu’elles se sont créée toutes les deux. Un jour, Malou et sa mère découvrent le fabuleux monde du cirque et sa maman y rencontre un bel équilibriste. Et si ce funambule amenait un vent de changement? Et s’il apportait l’équilibre dans la vie de Malou et de sa maman? Un album magnifique où les illustrations de Gabrielle Grimard ont su mettre en valeur le merveilleux texte de Paule Brière.

Dès 4 ans.

Tristan au pays des géants, Étienne Poirier, Dominique et compagnie

Tristan arrive dans une nouvelle école suite au déménagement de ses parents. Dans sa nouvelle classe, on l’appelle « le nouveau » et il est victime de plaisanteries de la part de ses camarades. Il y a aussi Maxime qui l’intimide dans la cour d’école. Plus le temps passe et plus Tristan rapetisse et devient vulnérable. Il a l’impression de vivre dans un monde de géants. Mais heureusement, il fait la rencontre de Merlin qui deviendra son allié. Ce dernier l’aidera à reprendre tranquillement confiance en lui grâce à ses billes magiques.

J’ai beaucoup apprécié ce roman qui démontre bien que malgré certaines difficultés rencontrées, les jeunes savent s’adapter au changement et s’intégrer à leur nouvel environnement. J’ai aussi aimé les merveilleuses illustrations de Sabrina Gendron qui viennent appuyer avec brio les émotions vécues par les personnages. De plus, le texte est écrit en gros caractère, ce qui facilite la lecture pour les débutants.

Dès 7 ans.

 

Découvrez aussi Ma vie en or, d’Emmanuel Bourdier qui nous montre comment l’argent peut nous changer. Un texte de Joaquim pour les jeunes lecteurs de 8 ans.

0-5 ans, 6-11 ans, Thèmes mensuels

Thème d’octobre: 5 suggestions pour vaincre ses peurs

Suivant la suggestion de Nancy, nous vous proposons des livres qui abordent la peur, et surtout comment la vaincre. Comme à l’habitude, nos collaboratrices vous proposent des livres aux sujets variés, mais qui sauront plaire aux plus petits et aux un peu plus grands ! Pour compléter votre lecture, consultez notre article sur la peur du noir.

Suggestions de Mélissa

La loutre qui avait peur, Heidi et Daniel Howarth, Éditions Coup d’oeil

Quand vient la nuit, tous les membres de la famille de Louna se tiennent par la main afin d’éviter de dériver et chaque matin, ils se laissent pour vaquer chacun à leurs occupations. Tous, sauf Louna! Elle refuse catégoriquement de laisser la main de sa maman, car elle a peur de nager seule. Un jour, sa maman trouve une huître qui cache une jolie perle blanche à l’intérieur. Par curiosité, Louna attrape la perle entre ses deux mains et réussie enfin à nager seule comme ses frères et soeurs.

Une histoire toute simple qui a plu particulièrement à ma fille de 3 ans. Elle a pu s’identifier à Louna, car elle vit, elle aussi, une certaine insécurité dans l’eau. Le fait que la petite loutre réussit à surmonter sa peur l’a encouragée à poursuivre ses efforts. On aime beaucoup la collection L’heure du conte pour ses pistes de réflexion qu’on retrouve à la toute fin de chaque livre et pour son prix dérisoire de 3,95$. De plus, tous les albums de cette collection sont magnifiquement illustrés.

Dès 2 ans.

Une étrange gardienne, Nancy Thomas, Dominique et compagnie

C’est l’histoire de Léon, 7 ans qui a peur du noir. Les parents doivent s’absenter pour la soirée et font appel à Magalie, une jeune fille dont l’apparence déconcerte. Avec ses mèches de cheveux mauves, son chandail de zombie, ses larges lunettes noires et son rat comme animal de compagnie, Léon est peu sûr de pouvoir lui faire confiance. Plus la soirée avance et plus Léon se confie à elle à propos de ses peurs nocturnes. Grâce à ses talents en dessin, Magalie aidera Léon à apaiser sa peur des monstres et du noir et lui apprendra à les extérioriser sur papier.

J’ai bien aimé le personnage de Magalie, son extravagance et sa créativité, mais aussi sa sensibilité. Quant à Léon, je l’ai trouvé attachant et j’ai beaucoup aimé son imagination débordante. J’ai aussi apprécié le petit côté rigolo que le rat apporte au récit. Un beau roman d’un peu moins de cent pages qui démontre bien que l’art peut aider à apaiser certaines peurs.

Dès 6 ans.

David et le précipice, François Gravel, Dominique et compagnie

David a peur de traverser le précipice derrière son école. Les autres enfants l’encouragent à avancer, mais David n’y peut rien, il a le vertige. Il a beau tenter tous les moyens, il demeure incapable de faire le moindre pas vers l’avant. Il en rêve la nuit. Comment fera-t-il pour traverser ce fameux ravin? Avec des griffes à ses souliers, de la colle à ses semelles, ou une machine à arrêter la peur? Les événements lui apprendront finalement que la peur peut être très utile!

Auteur de plus de 100 livres, François Gravel s’adresse à tous les publics, jeunes et moins jeunes. David et le précipice est un magnifique roman où il nous rappelle ce que c’est que d’être un enfant et vouloir prouver aux autres qu’on est capable nous aussi. Ici, plutôt que de proposer des moyens de vaincre nos peurs, l’auteur propose une finale où l’on retient que si la peur se montre le bout du nez, il est important de l’écouter, car elle démontre qu’il y a un peut-être danger imminent.

David et le précipice fait partie de la série « David » qui comporte 8 romans qui traite tous des peurs d’enfants.

Dès 6 ans.

Suggestion de Mélissa et Geneviève

Ma plus belle victoire, Gilles Tibo, Québec Amérique

Le jeune Mathieu rencontre la peur sous différentes formes : une couleuvre, un accident, un orage. Mais, malgré ses tentatives pour s’en débarrasser, la peur revient, tenace. Alors que la peur prend de plus en plus de place en lui, Mathieu court pour s’en sauver. En vain. Aidé notamment par son grand-père, il accumule peu à peu les victoires et, parvient finalement à se libérer de ses peurs et à accéder au bonheur.

Mélissa :

Gilles Tibo nous offre un texte intelligent avec une belle progression des peurs du jeune garçon. Il apprend au lecteur à reconnaître les signes physiques qui surviennent lorsqu’on ressent la peur et propose quelques moyens pour l’apaiser. J’ai beaucoup aimé les illustrations de Geneviève Després où la peur est représentée par de petits gribouillis bleus.

Geneviève :

Le choix judicieux de chaque mot et les illustrations remplies de sens permettent de ressentir le désarroi de Mathieu, mais aussi son courage, sa créativité et sa détermination pour faire face à ses peurs. Je crois que c’est ce qui m’a touché le plus. Il n’y a pas de courage sans peur et ce garçon reprend peu à peu le pouvoir sur son monde intérieur. J’ai également apprécié la rédaction par chapitre. Elle favorise l’échange avec l’enfant, suggérant indirectement des occasions pour interrompre la lecture et faire place à la discussion. Mes enfants ont été volubiles lorsqu’est venu le temps de partager leurs peurs et leurs réflexions sur les stratégies de Mathieu.

Dès 6 ans.

Suggestion de Marie-Michèle

Courage, Dafné !, Katia Canciani et Julie Cossette, Ma bulle

Dafné est inquiète à l’idée de commencer une nouvelle activité. Elle a peur de n’y connaître personne. Quand elle arrive au bord de la piscine, elle a encore plus peur. Elle n’ose pas s’approcher trop près de l’eau. Elle a peur d’y mettre le petit orteil. Heureusement, elle pense à ses doudoux et le cours devient un jeu. Elle y fait finalement sa place et pourquoi n’essayerait-elle pas le judo aussi ?

La série «Dafné» présente une petite fille et ses doudoux qui vivent des situations qui vous sembleront bien familières ! L’histoire est simple, mais il est facile de s’identifier. J’aime les illustrations expressives et colorées.

Dès 2 ans.

0-5 ans, 12 ans et plus, 6-11 ans, Suggestions et critiques, Thèmes mensuels

Thème du mois : 5 livres pour parler de la différence

Quand on pense à la différence, il est possible de parler de handicap, de maladie mentale, etc. Dans cet article, nous vous proposons des livres qui abordent ces sujets, mais aussi l’intimidation. Le premier titre, Dépareillés, montre que la différence n’est pas nécessairement une condition. Ce peut seulement être une habitude que nous avons et qui peut déranger les autres. Alors, voici notre sélection pour jaser de différence.

Dépareillés, Marie-Francine Hébert et Geneviève Després, Éditions de la Bagnole

Rose et Blanche sont de très bonnes amies et elles ont beaucoup d’intérêts en commun. Mais une chose les différencie: Rose porte souvent des chaussettes dépareillées. Dès que Léo aperçoit Rose avec ses deux bas de couleurs différentes, il s’empresse de se moquer d’elle, en encourageant ses pairs à faire comme lui. Rose se retrouve seule dans un coin. Le lendemain, Blanche décide de supporter son amie et enfile des chaussettes différentes. Les jours suivants, d’autres enfants décident eux aussi de porter des bas dépareillés. Léo se retrouve alors seul à avoir des chaussettes identiques. Est-ce que les autres se moqueront à leur tour de Léo? Décidera-t-il de porter des chaussettes de couleurs différentes lui aussi? Je vous laisse le plaisir de le découvrir.

Marie-France Hébert offre une fois de plus un album fabuleux. Elle réussit à aborder le thème de l’intimidation et de la différence avec une belle délicatesse. Et que dire de l’amitié et de la solidarité qui en ressort! Un autre livre qui saura susciter de belles discussions avec vos enfants. Et si vous êtes enseignant au primaire… courez vite vous le procurer!

Dès 3 ans.

Ma gardienne est sourde… puis après?, Noëmie Forget et Tommy Doyle, Québec Amérique

Comme le mentionne le titre, c’est l’histoire d’Aglaée et de sa gardienne, Mimi, malentendante. À travers le récit, Aglaée nous explique comment Mimi se réveille le matin même si elle ne peut entendre la sonnerie de son réveil-matin, comment elle fait pour savoir que quelqu’un tente de la rejoindre par téléphone ou encore comment elle réussie à écouter la télévision. Un bel album qui aborde l’ouverture à la différence.

Mes enfants ont appris de nouvelles choses à propos de la surdité et ils ont aimé pratiquer les quelques signes de la langue des signes québécoise qu’on retrouve à la fin du livre. Les illustrations de Tommy Doyle sont sublimes et font bien ressortir l’affection entre Aglaée et sa gardienne Mimi. Un album tout simplement magnifique qui sensibilise les enfants à la richesse des différences. L’ouvrage a reçu le prix Cécile-Gagnon en 2010.

Dès 3 ans.

Mon amie est différente ! Vivre avec la trisomie, Jennifer Moore-Mallinos et Marta Fabrega, Héritage jeunesse

La narratrice de cette histoire se rend dans un camp de jour. Puis, une semaine, leur monitrice les informe qu’une nouvelle enfant se joindra à deux. Elle s’appelle Tammy. Elle aura besoin d’un ami pour l’accompagner dans le camp. La monitrice demande à la narratrice si elle serait intéressée à aider Tammy pendant son séjour au camp. Elle explique ensuite aux enfants du groupe que Tammy est trisomique, elle a le syndrome de Down.

Voilà un album qui permet de sensibiliser les enfants à la trisomie. La narratrice constate que Tammy lui ressemble beaucoup. Elle a des forces et des faiblesses, tout comme elle !

Dès 3 ans.

Florence et Léon, Simon Boulerice et Delphie Côté-Lacroix, Québec Amérique

C’est l’histoire de Florence, qui enseigne la natation malgré un problème aux poumons et de Léon, un agent d’assurance qui a un problème de vision. Un beau jour, Florence trébuche sur la canne de Léon et les deux personnages s’expliquent leur handicap avant même de nommer leur prénom. Léon invite Florence au restaurant pour faire plus ample connaissance. Chacun fait expérimenter à l’autre leur handicap en utilisant une paille. Florence regarde par le trou de la paille pour découvrir l’étroitesse du champ de vision de Léon et celui-ci doit respirer dans la paille pour vivre le problème aux poumons de Florence. Et si de cette rencontre naissait… l’amour?

Quand j’ai feuilleté cet album pour la première fois, je me suis demandée: est-ce que les enfants vont s’intéresser au récit de deux personnages adultes? Et la réponse est: oui! Les miens ont été séduits autant que moi par la rencontre de Florence et de Léon. J’ai aimé le message d’espoir que l’auteur lance aux jeunes souffrant d’un handicap, leur montrant qu’il existe une possibilité de s’épanouir malgré les défis que leur impose leur réalité. J’ai aussi adoré les illustrations de Delphie Côté-Lacroix. Elle a su mettre l’emphase sur l’union de Florence et Léon, on ne voit qu’eux et on oublie le décor… un peu comme quand on tombe amoureux.

Dès 6 ans ( ou un peu avant…)

Corps étranger, Ariane Charland, Éditions de Mortagne

Samuel, 17 ans, s’amuse avec ses amis, chez lui, dans la piscine. Il suffit d’une seconde pour que son destin bascule. Un plongeon et le voilà paralysé… un bête accident! Le lecteur accompagne Samuel de l’accident, à la réadaptation jusqu’à son retour à la maison où il doit faire face à sa nouvelle réalité: les regards que lui portent les gens, l’inquiétude de ses parents, l’adaptation à son fauteuil roulant et à son corps qui ne veut plus lui obéir comme avant. Sans oublier Clara, avec qui il partageait sa passion pour le dessin et pour qui il avait des sentiments…

Ariane Charland nous livre un roman totalement bouleversant. Je me suis surprise à sourire par moment et à avoir la larme à l’œil quelques pages après. Le personnage de Samuel est tellement attachant qu’on a envie de l’avoir à nos côtés pour lui donner une petite tape d’encouragement lors des moments difficiles et pour le prendre dans nos bras lors des petites victoires. Une première lecture de la collection Tabou qui me donne grandement envie de découvrir les autres titres.

Dès 12 ans.

 

Pour voir d’autres livres qui parlent de différence, voici deux articles disponibles sur le blogue.

Archie, le paresseux hyperactif, H. McKensie, Éditions Scholastic

Deux garçons et un secret, Andrée Poulin et Marie Lafrance, Éditions de la Bagnole

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

0-5 ans, 6-11 ans, Thèmes mensuels

Conseils de lecture: De tout pour les repas!

Ce mois-ci, les conseils de lecture se sont penchés sur les repas. Mélissa et Justine vous suggèrent une belle variété d’albums qui couvrent plusieurs aspects différents des repas. Que ce soit la composition des repas, leur préparation ou même votre enfant qui refuse de manger, voici une belle brochette d’albums pour vous mettre en appétit !

Mélissa vous suggère…

Les croquins, Élisabeth Brisset des Nos, Éditions Cardinal

Un ouvrage très original qui présente dix petites histoires; celles de dix fruits et légumes. On y retrouve de mignons personnages tels que Miguel Tomate, Marie Endive, Mei Pêche et Chloé Canneberge. Ils nous font découvrir de manière ludique leur origine, la façon dont ils sont cultivés, etc. Dix recettes simples sont aussi proposées dont: Les Brocos magie de Giovanni (petite pizza au brocoli et au cheddar) et Les yeux de zombie de Henri (bonbons glacés au kiwi et à la fraise). Un livre magnifiquement illustré qui piquera la curiosité des petits et qui incitera certainement les plus difficiles à goûter aux différents fruits et légumes.

Dès 4 ans.

Des couleurs à croquer, Éditions édito

Un magnifique livre de 24 recettes végétariennes classées par couleur, selon les fruits et légumes présents dans les ingrédients. Il débute avec un bref descriptif du matériel utilisé en cuisine, ce qui permet aux enfants de se familiariser avec les différents outils qu’ils auront à utiliser. Pour chacune des recettes, les instructions sont très simples et chaque étape à suivre est imagée. On y retrouve aussi les bienfaits des fruits et des légumes selon leur couleur.

Selon moi, les tout-petits pourront participer à l’élaboration d’une recette dès deux ans. Par contre, certains repas demandent de manipuler un couteau coupant, donc à vous de juger selon les aptitudes de votre enfant si vous voulez le laisser réaliser la recette en totale autonomie. Bref, un livre extrêmement coloré à se procurer sans hésiter!

Le carnet de Julie – Manger moins de sucre, Julia Gagnon, Éditions Marcel Didier

La collection Le Carnet de Julie montre aux enfants l’importance d’avoir de saines habitudes de vie. Chaque carnet offre une histoire éducative et inspirante où Julie, 8 ans, fait preuve de curiosité et de ténacité. Elle se confie à son poisson rouge Popo, fait des recherches afin de trouver des réponses à ses questionnements et note ses apprentissages à la toute fin de son carnet. Chaque histoire se divise aussi en étapes, qui présentent les moyens à prendre pour arriver à atteindre l’objectif visé.

Dans Manger moins de sucre, Julie ingère beaucoup de sucreries et la voilà qui souffre de malaises physiques. En faisant ses recherches sur internet à propos du sucre, elle apprend qu’on ne devrait pas consommer plus de 50 grammes de sucre par jour. Elle apprend également à identifier dans quel aliment on retrouve beaucoup de sucre, comment on peut repérer le sucre en regardant l’étiquette nutritionnelle et par quelle collation santé les remplacer. Elle retient aussi, que de temps en temps elle peut se permettre une gâterie et que tout est une question d’équilibre.

Je vous invite aussi à découvrir Le carnet de Julie – Manger santé où Julie, qui n’aime pas les légumes verts apprend à apprécié les frappés aux fruits et aux légumes. Elle apprend comment les préparer et en découvre aussi les bienfaits.

Note : Julie est la cousine de Ben et Théo, que nous avons connus dans la collection Ben entreprend et Rêve, Théo. On les voit donc apparaître dans le quotidien de Julie.

Dès 7 ans.

Justine vous suggère…

Mademoiselle Princesse de veut pas manger, Christine Naumann-Villemin et Marianne Bracilon, École des Loisirs

« J’aime pas ci. J’aime pas ça. Le morceau est trop gros. La soupe est trop chaude… » Connaissez-vous cette rengaine? Les parents d’Eliette l’entendent à chaque repas et en perdent patience. Pour Mademoiselle Princesse, rien n’égale les bonbons, les frites et le chocolat. Que ces aliments ne soient pas sains pour elle à long terme n’est pas un argument pertinent. Sa famille a tout essayé jusqu’au jour où papa lui sort la phrase clé qui déclenchera un revirement de situation chez Eliette. Si pour grandir en santé il faut manger de tout, alors elle aura une longueur d’avance sur son cochon d’Inde qui lui n’avale rien. Pour un enfant, goûter à tout peut ressembler à escalader une montagne. Une fois la stratégie trouvée, la magie pourra opérer à l’instar de cette histoire cocasse aux couleurs sucrées.

Dès 3 ans.

Bon appétit, mon petit ourson chéri!, Alain M. Bergeron et Fabrice Boulanger, Éditions Michel Quintin

L’heure des repas ne se complexifie pas toujours comme on l’aurait imaginé. Ayant préparé le plat favori de son petit, papa ours n’aurait jamais cru passer un moment aussi éreintant. De la fourchette pour manger sa soupe, jusqu’à la paille pour goûter à sa lasagne en passant par le décompte des croûtons dans sa salade, petit ours use de tous les subterfuges pour ne pas terminer son assiette.

Le temps passé à table devrait être un moment propice à l’activité du repas en famille. Oublions un moment cellulaires, jouets et autres gadgets susceptibles de distraire l’enfant lors des repas. Dans cet album attendrissant, il n’est pas question de technologie, mais l’auteur nous montre avec humour jusqu’où l’intelligence des petits lecteurs peut aller pour éterniser l’heure des repas et mettre la patience de leurs parents à rude épreuve. Bon appétit!

Dès 3 ans

À surveiller…

Papa et moi. Saperlifourchette !, Roxane Turcotte et Lucille Danis Drouot, Dominique et compagnie

Voilà un nouveau livre à surveiller chez Dominique et Compagnie, Saperlifourchette ! Le charmant petit garçon refuse d’utiliser ses ustensiles pour manger. Papa est exaspéré de lui répéter de prendre sa fourchette ! Même si nous n’avons pas mis la main sur cette nouveauté, le sujet est d’autant plus intéressant. Quoi faire quand notre enfant refuse d’utiliser les ustensiles ?

Dès 3 ans.

 

 

0-5 ans, Bien-être, Thèmes mensuels

Coin lecture dans les « petits coins »

Suivant le thème de la rubrique Conseils de lecture du mois de juin, j’aimerais vous partager une idée stratégique venue titiller mes neurones. Pour allier le plaisir de la lecture à l’apprentissage de la propreté, quoi de mieux que de jouer comme avec l’âne et la carotte? En clair : aménager un coin lecture dans… les toilettes.

Pour inciter vos chères petites têtes blondes à fréquenter autant qu’ils le souhaitent les petits coins (les w.c., les salles de bain, les cabinets… c’est à vous de voir), dissimulez-y donc leurs albums favoris. Ainsi, peu importe le temps qu’ils passeront dans vos salles de bain, à lire ou à faire ce qu’ils devront, ils n’auront plus d’excuses d’avoir fait quelques dégâts là où il ne faut pas. Comme le présentait Marie-Michèle dans l’une de ses suggestions de livres, les sous-vêtements se sentent toujours mieux propres.

Aménagement stratégique

Dans les salles de bain et les petites salles d’eau, il existe de multiples espaces que vous pouvez maximiser en les transformant en coin bibli. Lors d’une nouvelle construction de votre maison, vous pouvez concevoir un espace adapté à l’arrière de la toilette. En revanche, s’il s’agit d’un réaménagement, rien de plus simple. Voici quelques suggestions :

  • fixer un porte-journaux derrière la porte ou sur un mur latéral;
  • utiliser un porte-papier hygiénique disposant d’un espace de rangement;
  • exploiter l’appui de fenêtre;
  • placer une corbeille sur le côté pour y ranger quelques albums

L’idée? Détourner la fonction première d’un objet. 😉 Pensez aux paniers à linge, aux caissons de bouteilles en bois, aux bassines de nos grands-mères.

Déco invitante

Tout ça, c’est pour le côté pratico-pratique. Maintenant, il faut ajouter la petite note déco qui change tout : sur les murs, dans les accessoires et vive les couleurs!

N’oubliez pas que l’apprentissage de la propreté passe aussi par l’autonomie. Selon Marie-Josée Thibert, intervenante en petite enfance, sur le site Educatout, « il convient de se munir d’accessoires de puériculture leur permettant d’avoir accès seul à cet espace : réducteur de toilettes, abattant amovible, [tabourets et marchepieds]. »

Et hop! Au p’tit coin!