Browsing Category

6-11 ans

12 ans et plus, 6-11 ans

« Au secours ! Je perds la vue ! » de Martine Bisson Rodriguez chez L’Interligne

J’ai reçu Au secours ! Je perds la vue ! par surprise. Une belle surprise des Éditions de L’Interligne. Je l’avais vu passer ici et là sur les médias sociaux, mais je n’avais pas eu le temps de m’y attarder. Quand je l’ai sorti de l’enveloppe, j’étais vraiment contente de le recevoir. Voilà un sujet qui sort de l’ordinaire. Comme il s’agit d’un petit roman, j’ai décidé de le commencer, doucement, en me couchant un soir. Un soir que je me couchais particulièrement tard en plus ! Il était minuit et demi et je me suis retenue pour ne pas le terminer. Léo, le personnage principal de Martine Bisson Rodriguez, est si touchant. J’avais envie d’aller le prendre dans mes bras.

Léo est une star. Il est sportif et il est un bon élève, mais depuis quelques temps, ses yeux lui jouent des tours. Il décide d’arrêter de faire du sport et il s’isole. Personne ne lui pose de questions, personne ne s’inquiète plus que d’habitude. En fait, oui, mais tout le monde croit qu’il exagère. Et même, en allant chez l’optométriste, on ne trouve pas le problème. Plusieurs mois s’écoulent et Léo se renferme sur lui-même. En allant en camping, il lui arrive une petite aventure qui amène ses parents à s’inquiéter sérieusement. Ils consultent et découvrent qu’il perd de plus en plus la vue. Comment s’en sortira Léo ?

Il s’agit d’un roman tellement sensible, tellement vrai. On ressent toute la douleur de Léo. L’auteure, Martine Bisson Rodriguez, réussit réellement à nous transmettre la souffrance et la solitude de Léo. Heureusement, la détermination de Léo est plus forte que tout quand il reçoit l’aide dont il a besoin. Il est un véritable modèle de force.

Personnellement, ce qui m’a vraiment frappée, c’est l’authenticité des personnages. Leurs réactions sont tellement réalistes. C’est triste, mais on a vraiment de la difficulté à écouter les gens parler de leurs sentiments, de leurs difficultés… surtout quand il s’agit des enfants. Et pourtant, Ils sont les mieux placés pour savoir comment ils se sentent. C’est un roman très intéressant pour parler d’empathie.

Bref, ce livre est un véritable coup de cœur. Il se lit doucement et Léo est vraiment attachant. Je relis mon texte et je vois une multitude d’adverbes comme « vraiment, tellement, etc. ». En choisissant ces mots, je veux réellement vous passer mon amour pour ce roman. Il est difficile de transmettre aussi facilement des émotions à travers les mots. Pourtant, Léo transmet vraiment sa sensibilité, sa vulnérabilité.

 

Dès 9 ans.

12 ans et plus, 6-11 ans

«Programmer avec Scratch en s’amusant pour les nuls», un incontournable pour les jeunes geeks

L’apprentissage de la programmation commence à être mise en place dans de plus en plus d’établissements scolaire et ce, dès le deuxième cycle du primaire. De plus, de nombreux camps d’été ou d’ateliers de type Kids Coding Clubs ont désormais lieu durant la saison estivale, le relâche scolaire ou les activités de fin de semaine. Ces derniers comptent de plus en plus d’adeptes.

S’amuser en programmant

Pour faciliter l’apprentissage de la programmation informatique ou pour permettre aux jeunes geeks de parfaire leurs connaissances dans le domaine, j’ai déniché un ouvrage amusant et convivial : Programmer avec Scratch en s’amusant pour les nuls.  De format méga poche, ce livre permet non seulement d’apprendre à programmer aisément, mais il comporte un aspect ludique qui plaît aux jeunes geeks, car il leur permet de concevoir des personnages, mettre en scène des histoires, créer des jeux vidéo et les animer, entre autres.

Un expert au service des jeunes

Il a été rédigé par l’auteur Derek Breen, qui enseigne le développement de jeux vidéo aux enfants et est également enseignant dans la célèbre université de Harvard. Il anime également, à chaque année, plusieurs camps d’été de codage destinés aux enfants âgés de 8 à 12 ans. Oeuvrant auprès d’une jeune clientèle, il sait comment attirer et surtout, soutenir leur attention sur un sujet aussi compliqué que la programmation informatique

Une méthode simple

L’ouvrage est dédié à Python, un langage de programmation ludique et visuel, qui permet aux enfants d’apprendre les bases du codage informatique. Si ce livre est conçu pour les 8 ans et plus, il faut dire que ce dernier convient davantage aux ados compte tenu d’une certaine complexité du langage dans les textes, une complexité qui colle mieux aux connaissances langagières des adolescents qu’aux enfants de deuxième année du primaire. Les adultes nuls en informatique ou ayant peu de connaissances de base en informatique pourraient également en tirer profit. Le livres est également conçu pour un apprentissage rapide, de manière à ne pas décourager les jeunes et leur permettre de progresser aisément.

Des projets peu coûteux

Le livre compte seize projets à réaliser en classe ou à la maison, seul, entre amis ou avec l’aide d’un parent ou d’un professeur pour les plus jeunes. Pour réussir les projets proposés par le professeur Breen, nul besoin de posséder ou de faire l’achat de logiciels coûteux ou compliqué, puisque Scratch est un langage de programmation gratuit, téléchargeable sur Internet et qui fonctionne sur Mac et sur PC.

Le volume est destiné à tout jeune geek souhaitant apprendre les bases du codage informatique, mais également aux parents et enseignants désireux d’accompagner les jeunes dans cette découverte.

Dès 8 ans.

12 ans et plus, 6-11 ans, C'est WOW!, Suggestions et critiques

« Notre environnement », de Jacques Pasquet et Yves Dumont, Éditions de l’Isatis

Dépendant de notre style de vie, nous vivons tous dans un environnement qui nous est propre (pays, ville, campagne, société, voisinage, etc.), mais celui, unique, qui nous relie en tant qu’être humain se nomme la Terre. Sans ses composants, nous n’existerions pas : l’eau, l’air, le sol, l’énergie et le climat sont essentiels à la vie. Dans ce documentaire illustré, l’auteur Jacques Pasquet troque sa plume de conteur pour celle de pédagogue afin d’éclairer les jeunes lecteurs sur le fonctionnement des cinq éléments environnementaux dont nous dépendons en tant qu’êtres humains.

Réparti en cinq chapitres et un glossaire, Notre environnement se présente comme un ouvrage éducatif à teneur scientifique. L’auteur aborde chaque élément en soulevant plusieurs questions essentielles (Qu’est-ce que c’est? De quoi est-il composé? À quoi sert-il? Pourquoi en dépendons-nous? Quelles sont ces menaces? etc.) tout en y apportant des solutions à la portée des enfants. Sans approche moralisatrice, Jacques Pasquet tente de conscientiser ses lecteurs à la fragilité de notre planète et à l’importance de la protéger à notre façon.

« Ce n’est pas la taille du geste qui est importante, [mais bien] de comprendre pourquoi on le fait et de continuer à le faire. »

Les illustrations, nous les devons à l’artiste Yves Dumont qui colore et simplifie les concepts abordés les plus complexes. Son style graphique avec ses perspectives plongeantes aux couleurs primaires, et ses formes arrondies et dynamiques séduiront les plus jeunes qui tenteront de comprendre certaines théories un peu floues. Entre mésosphère, tramontane, lombricompostage et biomasse, la présence d’un adulte leur devient indispensable; à l’instar du glossaire présenté en fin d’album et qui définit une série de ces termes savants. Ce documentaire regorge de faits chiffrés étonnants amplifiant ainsi des phénomènes dont l’enfant n’a pas encore conscience. Poids, mesures, quantités, pourcentages, vitesses… de quoi attirer les passionnés des domaines scientifiques et mathématiques.

Album jeunesse avant tout, il n’en demeure pas moins que certains adultes en apprendront autant en feuilletant cet ouvrage qui se veut pédagogique. Sauriez-vous expliquer d’où vient la couleur bleue du ciel? Quel est le pays le plus chaud de la planète? Ou encore l’endroit le plus pollué? Combien de substances toxiques contient une cigarette et combien de temps cela lui prend pour se décomposer? La réponse à toutes ces questions pourrait bien leur rappeler les blessures que l’Homme inflige à notre environnement; un rappel non négligeable…

Ce livre se présente comme une bonne référence scolaire afin de sensibiliser les élèves de niveau primaire. De quoi les initier aux enjeux qui menacent la planète que certaines cultures nomment Terre nourricière.

Livre très intéressant à intégrer dans la bibliothèque d’un enfant et celle d’une classe.

Dès 9 ans.

6-11 ans

Les petits cailloux du bonheur… parfait pour initier les enfants à la méditation

Bien que la méditation soit de plus en plus pratiquée dans notre société, elle demeure encore pour plusieurs une pratique ardue. Toutefois, comme l’enseigne le livre J’apprends à méditer avec les petits cailloux du bonheur, méditer peut être simple, ludique, et même poétique !

L’auteur de plusieurs ouvrages sur le sujet aborde ici quatre qualités humaines à développer : la spontanéité, la stabilité, le calme et la liberté. Chaque qualité est ensuite associée à un symbole de la nature : fleur, montagne, eau et espace.

Après une brève explication de chaque duo symbole/qualité, l’enfant est invité à les représenter par un dessin. Accompagné pas à pas, on lui suggère de porter attention à sa respiration, on lui donne plus d’informations sur chaque qualité, on l’encourage à accueillir ce qu’il ressent. À la maison, cet exercice a été fait avec beaucoup d’application par mes enfants. J’ai lu, lentement, chaque page proposée pour accompagner l’exercice. Ils étaient fiers de leurs dessins !

Par la suite, on propose au lecteur de trouver quatre cailloux, un pour chaque symbole. Nous partîmes donc à la recherche de nos propres cailloux, représentation concrète des qualités que nous voulions développer. Quelle belle chasse aux trésors nous avons fait dans la forêt ! Ensuite, nous avons pris le temps de les personnaliser avec de la peinture, notamment pour les différencier.

L’ouvrage amène ensuite le lecteur vers une méditation guidée. L’enfant ayant maintenant ses cailloux précieux, il est invité à les prendre, un à un, dans ses mains. À nouveau, une lecture lente et à voix basse permet d’instaurer un climat favorable. La méditation est juste assez courte pour que les enfants puissent maintenir leur attention. Il est évidemment possible de cibler l’une des qualités à développer et faire encore plus court pour les plus jeunes ou pour les jours où l’on a moins de temps.

L’auteur termine avec quatre pleines pages, magnifiquement illustrées par Charlotte des Ligneris, qui résument la méditation, les qualités et les symboles proposés. Les images, à la fois épurées et colorées, invitent à la douceur et à la contemplation. Du bonheur pour les yeux, pour l’âme et pour le cœur.

 

Du même auteur, chez Édito jeunesse :

J’ai plein de questions dans ma tête. Des réponses pleines de sagesses.

Quand je bouge, je médite. Dix mouvements de pleine conscience.

 

Dès 7 ans

0-5 ans, 6-11 ans

« Léonard, le mouton qui ne voulait pas être tricoté », Mélanie Fortin et Philippe Béha, Les 400 coups

Les illustrations de Philippe Béha ont bercé ma jeunesse et elles continuent de bercer les jeunes aujourd’hui. C’est d’ailleurs en voyant le nom de Philippe Béha sur la couverture que j’ai voulu découvrir Léonard, le mouton qui ne voulait pas être tricoté En lisant le résumé, j’étais conquise. Un mouton qui veut réaliser ses rêves? Oui! C’est ce que je veux partager tous les jours pour mes enfants, ma famille, mes clients: montrer qu’on peut réaliser nos rêves. (Psst. En plus, j’ai trouvé la couverture vraiment bien pensée, rigolote!) Alors, un soir d’octobre, mes enfants et moi avons découvert l’histoire de Léonard.

Qui a dit qu’un mouton ne pouvait pas avoir de grands rêves? Le berger voit bien que Léonard est différent. Pourtant, pour la bergère croit que tous les moutons sont pareils. Contrairement à ses amis, Léonard ne rêve pas que sa laine soit tricotée en de beaux vêtements, ou que son lait soit utilisé pour faire les meilleurs fromages. Léonard veut voir le monde. Il veut s’envoler vers d’autres horizons. Vous devinerez bien que les autres moutons se moquent bien de lui et de son rêve. Ils ne sont que des moutons, ils n’iront nulle part. Riront-ils autant quand Léonard réalisera son rêve à force de patience et de détermination?

Le rêve ne sera jamais assez exploité dans la littérature. Nous devons tous travailler pour réaliser nos rêves et il est important de l’enseigner à nos enfants. Ce qui m’a particulièrement touchée dans le texte de Mélanie Fortin, c’est la détermination de Léonard. On voit bien qu’on n’obtient pas les choses facilement. Après une première déception, Léonard décide de prendre le taureau par les cornes. Il s’entraîne et surtout, il est patient. Les plus jeunes ne comprendront pas la notion du temps dans le livre. Par contre, il sera vraiment intéressant d’en discuter avec les plus grands. Ce n’est pas toujours facile d’être patient. Pourtant, quand on veut vraiment quelque chose, on est capable d’y mettre les efforts… peu importe le temps que ça prendra.

Au mots de Mélanie Fortin se joignent les illustrations de Philippe Béha. Cet illustrateur a vu neigé et il a traversé le temps. Même si je l’ai connu avec ses personnages particuliers, j’ai reconnu son charme dans les moutons de cet album. J’ai aimé la texture brouillonne des moutons qui donnent l’impression que leur laine se dandine. Ces moutons au gros nez ont bien faits rigoler mes enfants.

On aime l’histoire de Léonard, car elle montre que nos rêves sont accessibles, peu importe qui nous sommes (même un mouton). Elle nous montre aussi qu’il est facile de se moquer des autres, mais qu’il est aussi facile de les envier. Au lieu de se préoccuper des autres, pourquoi ne pas prendre ce temps pour travailler sur notre propre rêve? Et d’un autre côté, il ne faut pas perdre de temps avec ce que pensent les autres. Il faut plutôt le garder pour aller de l’avant.