Browsing Category

6-11 ans

6-11 ans

«Ruby tête haute» de Irène Cohen-Janca et Marc Daniau, Éditions des Éléphants

Aujourd’hui, dans sa classe, une enseignante présente à ses élèves une reproduction du célèbre tableau de Norman Rockwell: « The Problem We all Live With ». Après les avoir interrogés sur leur ressenti, elle leur raconte la véritable histoire de la petite fille du tableau, Ruby Bridges, première enfant noire à intégrer une école jusque-là réservée aux blancs.

Le lecteur prend donc connaissance que le 13 novembre 1960, escortée par des policiers, Ruby doit affronter les protestations et la haine des Blancs venus manifester devant sa nouvelle école. Comme les parents des autres élèves refusent que leur enfant côtoie une enfant noire, Ruby est seule dans une classe avec son enseignante. Du haut de ses 6 ans, Ruby ne comprend pas bien toute cette haine, mais il lui arrive parfois que la violence s’insinue la nuit, dans ses rêves. Malgré toute cette violence, Ruby garde la tête haute et peu à peu, il y a moins de gens devant l’école, moins de protestations et moins de haine. Ruby peut aller rejoindre les autres enfants dans la grande cour pour la récréation. C’est à ce moment qu’elle réalise que tous ces évènements sont reliés au fait qu’elle est noire. L’année suivante, aucun officier de police l’accompagne pour sa rentrée. Une fois à l’école, Ruby voit d’autres enfants noirs. C’est comme si l’année précédente n’avait pas eu lieu, mais Ruby est transformée pour toujours.

J’aime particulièrement le grand format de l’album, et le fait que sur chaque double page, on retrouve le texte à gauche et l’illustration à droite. Bien que le texte soit assez long, le vocabulaire utilisé est accessible aux enfants dès 9 ans. De plus, Irène Cohen-Janca réussi merveilleusement bien à nous faire ressentir la naïveté et l’innocence de Ruby à travers son écriture juste et sensible.

Les illustrations de Marc Daniau sont fortes, évocatrices et émouvantes. Il arrive à créer des images qui démontrent parfaitement toute la haine et la violence de la foule envers la petite Ruby. Je dirais même que certaines illustrations sont percutantes, plus particulièrement celle où un femme blanche brandit un bébé à la peau noir dans un cercueil. J’avoue que cette dernière a suscité beaucoup de réactions de la part de mes enfants lors de la lecture.

De plus, à la toute fin du livre, on découvre une page explicative au sujet la ségrégation aux États-Unis, du tableau de Norman Rockwell et les dates importantes entourant Ruby Bridges. 

Ruby tête haute est une vraie pépite pour les enseignants qui désirent aborder le racisme et l’égalité avec leurs élèves. Un album indispensable qui retrace un moment important de l’Histoire des États-Unis et qui mérite d’être lu par tous. 

6-11 ans

«Le dernier camelot», Marie-Renée Lavoie, Hurtubise

Disons-le d’emblée, Le dernier camelot est l’un des meilleurs livres que j’ai lus en 2018. Encore plusieurs mois plus tard, il résonne en moi. Je n’ai donc pas été étonnée quand je l’ai vu sur la liste des finaliste pour les Prix des libraires du Québec – sélection Jeunesse. En partenariat avec ces Prix, je suis heureuse de vous le présenter.

Joe habite dans un duplex. Il distribue les journaux aussi. Depuis que leur mère est décédée, leur voisine « Visine » (parce que sa soeur cadette était incapable de dire « voisine ») aide le père de Joe et Lily au quotidien. Malheureusement, un matin, au retour de sa run, Joe voit l’ambulance dans l’entrée. Visine a été victime d’un malaise et est transportée à l’hôpital. L’univers de Joe bascule. Mais la véritable aventure de Joe commence quand il rend visite à Visine à l’hôpital. Elle lui confiera une mission: remettre différents objets précieux à des personnes précises.

Rapidement, Joe comprendra qu’il voyage dans le temps grâce à ces objets. Il retourne dans le passé de Visine. À chaque retour, il est surpris des résultats de son aide.

Le dernier camelot est rempli de richesses. Il l’est d’abord pour son apport historique. Sans être envahi de descriptions, ce roman nous permet de nous replonger dans un Québec qui était tout autre. Les réactions de Joe sont très intéressantes également. Preuve que quand on expérimente, on comprend mieux. Bon, évidemment, dans la vraie vie, on ne peut pas voyager dans le temps, mais on se comprend.

Il est d’autant plus intéressant de voir comment un simple objet, au bon endroit, au bon moment, peut influencer notre avenir. Joe l’apprendra au fil de ses aventures. Et le lecteur, qui s’attachera rapidement aux personnages, sera d’autant plus conquis quand il découvrira leur passé. Sérieusement, si les jeux avaient toujours une communauté autour d’eux, ils seraient sûrement plus heureux d’entendre des histoires de « dans l’temps ». C’est toujours intéressant d’en apprendre plus sur la jeunesse de notre encourage. Malheureusement, aujourd’hui, nous ne connaissons plus nos voisins.

Marie-Renée Lavoie écrit des romans pour ados et pour adultes. Connue pour La petite et le vieux notamment, son écriture est toujours douce. Ses personnages sont si attachants. Joe ne fait pas exception. En fait, on vivrait bien ses voyages dans le temps. Pour une fois, ce sont des voyages dans le temps sans danger. On a envie d’y aller pour se mêler à ces personnages attachants.

Le dernier camelot est un roman à mettre dans les mains de tous les ados. Certains n’aimeront pas, d’autres aimeront bien. Dans tous les cas, ils seront sensibilisés au pouvoir de nos actions ou aux connaissances de nos inactions. Il vaut mieux oser et Joe l’aura bien compris.

12 ans et plus, 6-11 ans, Suggestions et critiques

Des bandes dessinées pour tous les goûts!

Lucy & Andy Néandertal : Un temps d’ours (tome 2), Jeffrey Brown, Éditions Qilinn

Lucy et Andy sont comme de nombreux frères et sœurs : ils se disputent tout le temps. Jusqu’ici rien de bien époustouflant. Sauf que… ce sont des hommes de la préhistoire, des hommes de Néandertal même! Pas d’Ipad, pas de micro-ondes ni de bottes d’hiver! Alors, comment font-ils pour survivre à l’hiver, se nourrir et vivre en communauté?

Une bande-dessinée en noir et blanc, de petit format, qui nous permet de passer un bon moment en nous transmettant, en même temps, pas mal d’informations sur les hommes de Néandertal. Deux archéologues nous expliquent la vie quotidienne, les faits et gestes de ces hommes en nous exposant des faits observés grâce aux squelettes, aux outils, etc. retrouvés sur des sites archéologiques.

Dès 9 ans.

Tritons : L’invasion des lezzarks sanguinaires (tome 1), Doug Tennapel, Éditions Rue de Sèvres

Le rêve de Zak? Avoir des jambes solides car les siennes sont frêles. Or, pour un petit triton, c’est un sacré handicap! Un jour, son village subit l’attaque violente des Lézards. Seul survivant, en cavale et livré à lui-même, Triton découvre un monde dangereux…

Une bande-dessinée courte qui semble plutôt mignonne au début, mais qui tombe rapidement dans un univers plus sombre, voir violent. Ça en fait donc un album pas trop enfantin et adapté aux lecteurs plus âgés. Dans ce tome, on plonge dans l’univers de Triton. On apprend à connaître son histoire, son environnement et les personnages qui l’entourent. On le suit dans sa quête personnelle. Le scénario est habilement construit et rythmé par de nombreux rebondissements. Un brin d’humour ficèle le tout. Un premier tome (sur trois) qui se dévore rapidement!

Dès 10 ans.

La boîte à musique: Bienvenue à Pandorient (tome 1), Gijé et Carbone, Éditions Dupuis

Nola reçoit pour l’anniversaire de ses 8 ans un cadeau inestimable: une boule de cristal musicale ayant appartenu à sa mère. Cet objet souvenir se révèle être aussi la porte du monde de Pandorient dans lequel gravite une multitude d’étranges créatures, mais aussi des secrets sur sa mère décédée il y a peu. Nola ira porter secours à des enfants dont la mère est grandement malade, se liera d’amitié avec eux et vivra une aventure hors de l’ordinaire mais peuplée de dangers.

Un petit air d’Alice au pays des merveilles nous happe à la lecture de cette bande-dessinée. Une fillette à la chevelure blonde, la nécessité de rapetisser pour entrer dans un monde magique, des créatures animales qui parlent etc. Mais, hormis ces quelques points communs, on vit autre chose dans cet album grâce au scénario qui frôle avec la science-fiction, le drame et l’enquête policière. Les rebondissements sont nombreux…les monstres aussi! On s’attache enfin facilement à cette jeune héroïne déchirée intérieurement par l’absence de sa mère, mais au tempérament bien trempé.

Dès 9 ans.

Louca: L’espoir fait vivre (tome 4), Bruno Dequier, Éditions Dupuis

Nathan, un adolescent fantôme, décédé depuis quelques années, décide de prendre sous son aile Louca, un jeune joueur de soccer maladroit. Louca espère ainsi devenir un excellent joueur de soccer et se faire remarquer par la fille de ses rêves : Julie. Dans ce tome, l’équipe doit faire un match nul contre les redoutables « Condors ».

Une série divertissante sur le soccer qui va combler les amateurs de ballon. Il existe six tomes jusqu’à présent et on espère que cela continuera longtemps! Le scénario est original et humoristique. Les illustrations de synthèse sont très expressives et les personnages sont hauts en couleur. Le personnage principal est un anti-héros comme on les affectionne, c’est-à-dire avec tout plein de défauts!

Dès 11 ans.

Prunelle : le réveil des géants (tome 2), Vicky Portail-Kernel et Cédric Kernel, Éditions Ankama

Terrible nouvelle! L’Olympe pourrait être à nouveau attaqué par les Titans (monstres que Zeus avait emprisonné sous terre en guise de punition). De son côté, Prunelle fait des pieds et des mains pour devenir une muse et ainsi éviter de suivre les traces de son père forgeron. Destin voué à l’origine par sa condition de cyclope. Elle et ses amis devront aller à l’encontre d’épreuves.

Une bande-dessinée très colorée qui nous plonge dans l’univers de la mythologie grecque, ses mythes et ses dieux. Action et rebondissements s’enchaînement à un rythme endiablé. Les personnages sont mignons à croquer et sympathiques. 3 tomes.

Un plus : On effleure par moment le thème de la différence (Prunelle est cyclope et ne possède qu’un seul œil) et de la confiance en soi.

Dès 9 ans.

Les mégaventures de Maddox : Alerte Bigfoot (tome 1), Claude Desrosiers et Félix Laflamme, Éditions Presses Aventure

Dans un quartier de la ville de Jolicoeur, réside Maddox, son père, ses amis et, manque de chance, son ennemi juré aussi! Le tristement célèbre Didier! Lorsque le tournoi de ballon-chasseur de l’école est annoncé, Maddox angoisse un peu : pas certain de gagner face à ce redoutable rival. Heureusement, il a plus d’un atout dans sa poche. Tout d’abord, sa meilleure amie, qui parvient mieux que quiconque à le faire mourir de rire, et puis, il y a Bigfoot, ce monstre légendaire, avec lequel il a développé une amitié. Ensemble, le tournoi prendra une toute autre allure!

Mes deux grands ont dévoré cette BD aux illustrations dynamiques! Les personnages sont variés et riches. L’action ne manque pas. Bref, ils ont super hâte de lire le tome 2!

Dès 8 ans.

6-11 ans, Suggestions et critiques

«Captain Mexico», Guillaume Guéraud et Renaud Farace, Éditions du Rouergue

L’histoire se déroule à Matamoros au Mexique, un village près du Rio Grande qui fait frontière avec les États-Unis. Le jeune Paco, âgé de 11 ans, est fasciné par la révolution et plus particulièrement par Emiliano Zapata, son grand héros. Après les cours, il joue avec ses camarades afin de reproduire les luttes du révolutionnaire Zapata contre le dictateur Huerta. Mais lorsqu’il rentre à la maison, l’atmosphère n’est plus au jeu. L’argent manque et la nourriture aussi. Son père entame donc l’idée de traverser la frontière mexicaine vers les États-Unis afin d’offrir de meilleures conditions de vie à sa famille. C’est alors que Paco trouve un vieux sombrero sur son chemin. Quoique bien trop grand pour lui, Paco l’enfile et se sent tout à coup envahi d’une grande force, d’une invulnérabilité. Grâce aux super pouvoirs que lui confère le sombrero, Paco s’engage à lutter pour les habitants de son bidonville exploités dans des usines américaines et à ridiculiser le nouveau président américain Donald Trumpette.

Dès les premières pages du roman, Guillaume Guéraud parvient à merveille à nous faire tomber sous le charme de ce jeune Paco, de sa candeur et de sa grande détermination. Avec la première scène où les enfants jouent à la révolution, le lecteur ne peut qu’adhérer avec enthousiasme au rythme endiablé du texte. À travers le récit, l’auteur amène le lecteur à réfléchir sur la réalité des travailleurs exploités qui risquent bien souvent tout ce qu’ils ont pour s’enfuir vers le « rêve américain ». Rares sont les romans jeunesse qui abordent des sujets sérieux comme l’exploitation ouvrière, la misère et l’immigration. Chapeau à Guillaume Guéraud qui a su le faire ici avec brio! De plus, les jeunes lecteurs apprécieront certainement les illustrations en noir et blanc signées Renaud Farace, qui apportent selon moi, un petit côté cocasse. Je crois sincèrement que les parents aimeront découvrir ce petit bijou avec leurs enfants et que sa lecture provoquera de belles discussions. Bref, Captain Mexico est un récit engagé, rempli d’action et d’humour qui saura divertir les lecteurs de 8 à 11 ans. 

6-11 ans, Suggestions et critiques

«Justin et les malcommodes, La fantastique aventure en forêt» (tome 1), Sandra Dussault, Boréal

Justin est un solitaire, malgré lui. Les journées à l’école ne sont pas des plus excitantes quand on n’a pas d’amis. Alors, un matin, distrait, Justin embarque dans le mauvais autobus. Ça ne lui prendra que quelques minutes pour comprendre. Il est entouré de personnes âgées. Pourquoi le chauffeur n’a-t-il pas remarqué cet intrus?

Quand Justin s’approche du chauffeur pour lui demander d’arrêter l’autobus, il découvre que celui-ci est sourd. Pas possible de se faire remarquer. Si bien que l’autobus s’arrête seulement une fois arrivé en forêt. Après un brin de jasette, Justin découvre que l’autobus ne reviendra pas. Les personnes âgées veulent vivre une aventure: retourner à la maison de retraite à pieds!

Et cette aventure ne sera pas si facile que prévue.

Je crois que l’intérêt de ce roman réside dans le fait qu’il met en scène des personnes âgées. On dit souvent que les jeunes (et même les adultes) accordent peu d’importance aux personnes âgées. Ici, ils sont au coeur du livre et ils sont drôles! En fait, ces personnes âgées nous rappellent parfois les enfants avec leur imagination. Pas étonnant que malgré son impatience ici et là, Justin trouve en eux de nouveaux amis.

Ce roman s’adresse aux jeunes qui sont à leurs premières lectures. Par conséquent, on ne réinvente pas la roue et c’est parfait comme ça. Même s’il y a des passages comiques, j’ai trouvé qu’il y avait un petit creux au centre. Il faut dire que c’est long longtemps retourner à la maison de retraite et le lecteur le ressent bien. En fait, au même moment où je trouvais le récit perdait son rythme, les personnes âgées aussi perdaient leur rythme. Heureusement, Justin aura l’idée de rendre l’expédition plus excitante. Et à partir de ce moment, l’action ne s’arrêtera plus.

Rassurez-vous, ce roman fait un peu plus que 130 pages. Alors, les jeunes lecteurs n’auront pas le temps de décrocher.

Avec ses personnages comiques, la série Justin et les malcommodes s’annonce des plus divertissantes. Comme quoi, nos amis n’ont pas nécessairement le même âge que nous. Il faut être à l’écoute de l’amitié dans elle se présente.

Dès 8 ans.