Browsing Category

0-5 ans

0-5 ans

« Les livres de Madame Sacoche » d’Angèle Delaunois et Caroline Merola, Éditions Isatis

Madame Sacoche est une drôle de jeune femme.  Elle aime tellement la lecture qu’il y a des bouquins partout chez elle, c’est-à-dire littéralement dans toutes les pièces de sa maison! Tellement qu’au moment d’aller dormir, c’est sur un lit… de livres qu’elle s’endort!  Mais qui est donc cette mystérieuse madame Sacoche? Elle a toujours le nez plongé dans les livres et sur son visage, on peut voir passer une gamme d’émotions au gré des romans qu’elle dévore. Elle se promène à bord de sa petite voiture rouge d’un bout à l’autre de la ville, avec, dans sa valise, des sacoches débordantes de tous les bouquins qu’elle a le plus aimés.

C’est que madame Sacoche fait un métier peu ordinaire : elle raconte des histoires aux autres, mais surtout, dans les écoles, à des enfants toujours émerveillés de la voir apparaître avec sa douzaine de sacoches. Celles-ci contiennent des trésors : des histoires qu’elle leur fera découvrir, des univers fantastiques dans lesquels elle les fera entrer et où ils pourront vivre des aventures fabuleuses. Quand vient le temps de les quitter, au son de la cloche, tous les élèves se réveillent un peu brusquement, comme s’ils sortaient d’un rêve. Ils regardent alors Madame Sacoche s’en aller alors qu’ils auraient tant aimé se faire raconter encore d’autres histoires.  Et la jeune femme aura, une fois de plus, réussit à semer d’autres petites graines : celles de la passion de la lecture à des enfants qui ne l’avaient pas encore découverte.

Cet album nous fait découvrir le monde fascinant des livres et nous avons bien aimé le lire, ma fille et moi.  La partie où madame Sacoche montre aux enfants comment il est possible de s’imaginer être ailleurs, seulement grâce au pouvoir des mots, fut notre préféré. En effet, on illustre à travers des dessins colorés et remplis d’imaginaire que l’on peut se faire un film dans notre tête à partir d’une histoire qui ne contient pas d’images. Cela est un concept souvent abstrait pour les enfants qui peuvent ici le concevoir.  Cet album est donc destiné à tous les amoureux de la lecture ainsi qu’à ceux en devenir!

Piste pédagogique : Pour les enseignants et les orthopédagogues, ce livre peut être utilisé afin de présenter différentes stratégies de lecture aux élèves, particulièrement de « se créer des images dans sa tête ».

Dès 4 ans.

0-5 ans, 6-11 ans

« Léonard, le mouton qui ne voulait pas être tricoté », Mélanie Fortin et Philippe Béha, Les 400 coups

Les illustrations de Philippe Béha ont bercé ma jeunesse et elles continuent de bercer les jeunes aujourd’hui. C’est d’ailleurs en voyant le nom de Philippe Béha sur la couverture que j’ai voulu découvrir Léonard, le mouton qui ne voulait pas être tricoté En lisant le résumé, j’étais conquise. Un mouton qui veut réaliser ses rêves? Oui! C’est ce que je veux partager tous les jours pour mes enfants, ma famille, mes clients: montrer qu’on peut réaliser nos rêves. (Psst. En plus, j’ai trouvé la couverture vraiment bien pensée, rigolote!) Alors, un soir d’octobre, mes enfants et moi avons découvert l’histoire de Léonard.

Qui a dit qu’un mouton ne pouvait pas avoir de grands rêves? Le berger voit bien que Léonard est différent. Pourtant, pour la bergère croit que tous les moutons sont pareils. Contrairement à ses amis, Léonard ne rêve pas que sa laine soit tricotée en de beaux vêtements, ou que son lait soit utilisé pour faire les meilleurs fromages. Léonard veut voir le monde. Il veut s’envoler vers d’autres horizons. Vous devinerez bien que les autres moutons se moquent bien de lui et de son rêve. Ils ne sont que des moutons, ils n’iront nulle part. Riront-ils autant quand Léonard réalisera son rêve à force de patience et de détermination?

Le rêve ne sera jamais assez exploité dans la littérature. Nous devons tous travailler pour réaliser nos rêves et il est important de l’enseigner à nos enfants. Ce qui m’a particulièrement touchée dans le texte de Mélanie Fortin, c’est la détermination de Léonard. On voit bien qu’on n’obtient pas les choses facilement. Après une première déception, Léonard décide de prendre le taureau par les cornes. Il s’entraîne et surtout, il est patient. Les plus jeunes ne comprendront pas la notion du temps dans le livre. Par contre, il sera vraiment intéressant d’en discuter avec les plus grands. Ce n’est pas toujours facile d’être patient. Pourtant, quand on veut vraiment quelque chose, on est capable d’y mettre les efforts… peu importe le temps que ça prendra.

Au mots de Mélanie Fortin se joignent les illustrations de Philippe Béha. Cet illustrateur a vu neigé et il a traversé le temps. Même si je l’ai connu avec ses personnages particuliers, j’ai reconnu son charme dans les moutons de cet album. J’ai aimé la texture brouillonne des moutons qui donnent l’impression que leur laine se dandine. Ces moutons au gros nez ont bien faits rigoler mes enfants.

On aime l’histoire de Léonard, car elle montre que nos rêves sont accessibles, peu importe qui nous sommes (même un mouton). Elle nous montre aussi qu’il est facile de se moquer des autres, mais qu’il est aussi facile de les envier. Au lieu de se préoccuper des autres, pourquoi ne pas prendre ce temps pour travailler sur notre propre rêve? Et d’un autre côté, il ne faut pas perdre de temps avec ce que pensent les autres. Il faut plutôt le garder pour aller de l’avant.

0-5 ans

Prix des libraires du Québec Jeunesse – Liste préliminaire – Catégorie 0-5 ans Hors Québec

Pantheras Tigris, Sylvain Alzial et Hélène Rajcak, Éditions du Rouergue

Un savant organise une expédition dans la jungle pour approfondir ses connaissances sur le tigre du Bengale. Sûr de son savoir, il refuse d’écouter les mises en garde du jeune chasseur indien qui a accepté de l’accompagner. Brutalement, le chasseur grimpe dans un arbre, laissant  notre touriste avec un magnifique spécimen de tigre.

L’auteur Sylvain Alzial est documentaliste à Radio France et producteur d’émissions à France Culture. Passionné par les cultures traditionnelles, il écrit également des adaptations de contes. Il s’agit de son 5e livre jeunesse. Hélène Rajcak, illustratrice renommée dans son domaine, se démarque par ses études en gravure, en illustration ainsi qu’en design textile. Elle travaille présentement à Paris  pour la presse et l’édition jeunesse. Elle a même remporté l’année dernière, le Prix scientifique pour l’un de ses ouvrage.

Le loup, le canard et la souris, Mac Barnett et Jon Klassen, Scholastic

Voici un album jeunesse qui nous fait voir les fables de la fontaine sous un tout autre oeil. Une souris se fait engloutir par un loup. Celle-ci rencontre un canard installé dans l’estomac du loup. La souris et le canard se plaisent dans leur nouvel habitat jusqu’au jour ou un  chasseur tente de s’en prendre au loup! Rempli d’humour et d’absurdité, ce livre se distingue par son côté efficace.

Mac Barnett est un auteur américain de livres pour enfants vivant en Californie. Il a déjà reçu le prix du Boston Globe-Horn Book Award en 2012, le prix E.B. en 2013 en plus de quelques nominations. Il a plus d’une trentaine de livres à son actif. L’illustrateur John Klassen est homme originaire d’ Ontario et habite maintenant à Los Angeles. Il a déjà remporté le Theodor Seuss Geisel Honor Book ainsi que la médaille Caldecott pour 2 de ses livres jeunesse. C’est un illustrateur très connu en édition jeunesse, notamment avec sa série Ce n’est pas mon chapeau.

 

Nos vacances, Blexbolex, Albin Michel

En vacances chez son grand-papa, une fillette est dérangée par l’arrivée d’un invité… un éléphanteau balourd. Pour apaiser l’hostilité entre eux, le grand-père décide de les emmener à la fête du village. Une histoire sans paroles. Ce livre s’est mérité l’année dernière le prix de Pépite D’or, au Salon jeunesse de Montreuil.

Blexbolex est un pseudonyme de Bernard Granger. Il est un auteur, illustrateur, scénariste, dessinateur, ayant remporté plusieurs prix et mentions dont celui du plus beau Livre du monde avec Goldene Letter. Il a également reçu la distinction de Pinceau d’argent en 2011. Il dirige un atelier d’art en Allemagne dans une université et travaille régulièrement avec un nombre important d’éditeurs dont Albin Michel.

 

 

Le petit Ivan, Niki Orfanou et Yvan Duque, Lièvre de Mars

Soir après soir, un vieux couple font le vœux d’avoir un enfant. Un soir, le vieillard dépose une bûche dans le foyer. Soudain, une petite voix se fait entendre et un petit garçon sort de sous la cheminée. Comblé de joie, le couple embrasse l’enfant et décide de l’appeler Petit Ivan. Ainsi débute l’histoire merveilleuse de ce hardi garçon.

Il existe plusieurs variantes de l’histoire du Petit Ivan et de sa rencontre avec Baba-Yaya. Cette adaptation libre est l’oeuvre de Niki Orfanou. Il s’agit de l’un de ses 4 contes russes qu’elle a remaniés pour l’exposition Once upon a time in Russia en 2016. Elle écrit également des pièces de théâtres qui lui ont valu que d’éloges! Cette écrivaine s’est lié avec Yvan Duque afin d’illustré ce conte russe. Ce dernier participe à de nombreux projets, et est un membre actif de l’association nantaise l’Encre Blanche. Il en est à son deuxième livre en tant qu’illustrateur.

Un jour avec toi, Sarah Jacoby, Casterman

Cet album jeunesse poétique décrit des instants rares et précieux de bonheur et de souvenirs en famille, autant la vie quotidienne que de nos jours exceptionnels. Il s’agit d’une déclaration d’amour, un hymne au temps.

L’auteure, Sarah Jacoby, vit à Philadelphie. Ses illustrations pour la presse et les magazines ont été récompensées par la médaille d’or de la Society of illustrators. Un jour avec toi est son premier livre en tant qu’auteur-illustratrice.

 

 

Le secret du rocher noir, Joe Todd-Stanton, École des Loisirs

Une petite fille est fascinée par la légende du Rocher Noir, un bloc énorme et pointu. Ce Rocher est accusé par les pêcheurs de détruire tous les bateaux qui s’en approchent et de s’amuser à les changer de place pour mieux les transpercer de ses pics acérés. La fillette veut en savoir plus… Un jour, elle décide de monter à bord du bateau de sa mère sans que celle-ci le sache. Réussira-t-elle à découvrir le véritable secret du fameux Rocher Noir ?

Joe Todd-Stanton, signe ici son premier livre en tant qu’auteur-illustrateur. Dyslexique, le jeune homme britannique ne pensait jamais écrire lui-même. Encouragé par son éditeur, il a fini par se lancer. Pour cet album, Joe est parti d’une image, dessinée 4 ans plus tôt dans l’un de ses carnets de croquis remplis de personnages bizarres.

 

0-5 ans

Prix des libraires Jeunesse – Liste préliminaire – 0-5 ans Québec

Quand j’ai vu la liste préliminaire des Prix des libraires Jeunesse, catégorie 0-5 ans Québec, je n’étais pas surprise. J’avais déjà 5 titres sur 6 à la maison. Tous des titres magnifiques que mes enfants aiment beaucoup. J’ai donc eu beaucoup de plaisir à découvrir le titre que je n’avais pas. Dans cet article, je vous présenterai les 6 albums qui se sont taillés une place dans la liste préliminaire cette année.

La ruelle, Céline Comtois et Geneviève Després, D’eux

Alors qu’Elodie devrait attendre son père deux minutes avant de partir en voiture, elle s’aventure plutôt dans la ruelle. Elle y fait des découvertes, mais ce qui l’intéresse le plus, ce sont ces bruits. Ces bruits rarement entendus qui semblent venir de nulle part. CRAC !

Céline Comtois et Geneviève Després font ici un beau duo pour nous offrir un album tout en douceur. Le format de l’album intrigue aussi les enfants, mon garçon du moins. Il a été intrigué par ces gros bruits. D’où viennent-ils ? Céline Comtois a toujours aimé se laisser bercer par l’imaginaire de la littérature jeunesse. Elle travaille donc dans le milieu depuis plus de 10 ans. Elle aura donc pris un long moment avant de se lancer avec son premier album, La ruelle. Geneviève Després n’est plus à présenter. La douceur de ses illustrations accompagne plusieurs albums jeunesse. Et c’est réellement avec La ruelle que je l’ai découverte. Elle crée une ambiance bien personnelle à ce bel album.

Le chemin de la montagne, Marianne Dubuc, Comme des géants

Madame Blaireau habite une charmante petite maison au pied de la montagne que l’on appelle le Pain-de-sucre. Tous les dimanches, elle y monte et observe la vue. Ce dimanche, elle croise un petit ami sur le chemin. Un peu timide d’abord, il est heureux d’accompagnement madame Blaireau dans sa promenade hebdomadaire. Puis, ça devient une tradition et les traditions… ça fait toujours du bien.

Marianne Dubuc est une chouchou sur WOW lecture. Toutes mes collaboratrices l’adorent comme leurs enfants et les miens. Le chemin de la montagne est aussi un gros must chez nous. Ayant illustré des dizaines d’albums jeunesse, Marianne Dubuc se distingue par ses personnages si attachants. Avec Le chemin de la montagne, elle nous propose une histoire intime où

Tout le monde à bord !, Rhéa Dufresne et Marion Arbona, Monsieur Ed

Découvrez le chemin incroyable d’un petit train. Tous ces voyageurs n’ont qu’une seule idée en tête : les vacances ! Et il y a du monde ! Au fil des pages, vous serez surpris de découvrir qui va où. Un album aux mille et un détails.

Personnellement, j’adore tous les albums de Rhéa Dufresne. Les histoires sont simples et rigolotes. Rhéa Dufresne travaille en édition depuis plusieurs années. Elle a signé plusieurs albums jeunesse. Marion Arbona est une illustratrice bien connue à laquelle on doit des univers éclatés ! Ses personnages sont toujours intriguants. Les couleurs, tout autant. Son talent a d’ailleurs été reconnu avec plusieurs prix au Canada et aux Etats-Unis.

La feuille d’or, Kirsten Hall et Matthew Forsythe, Comme des géants

C’est l’histoire d’une feuille d’or que tous les animaux voulaient posséder. Et pourtant, en voulant l’avoir, ils l’ont détruite. Voilà un album tout en douceur qui raconte comment on ne peut pas tout posséder et qu’il faut plutôt laisser vivre.

Kirsten Hall a des dizaines et des dizaines d’albums à son actif en plus d’être agente pour illustrateurs. Elle a d’ailleurs signé L’abeille à miel qui fait un malheur depuis sa sortie. Dans La feuille d’or, elle raconte que son grand-père a doré à la feuille plusieurs édifices de New York, notamment le Rockefeller Center. Avec La feuille d’or, c’était la première fois que je découvrais le travail de Matthew Forsythe. Il faut le dire, c’est sa couverture incroyable qui m’a d’abord attirée. Il fait maintenant des albums, des comics et travaille pour la télévision.

Mon frère et moi, Yves Nadon et Jean Claverie, D’eux

Tous les étés, le narrateur et son grand frère se baignent dans un lac. Tous les étés, son grand frère monte sur un énorme rocher pour plonger. Tous les étés, le narrateur se sent trop petit. Pourtant, cet été, tout a changé. Il découvre en lui une force qu’il ne soupçonnait pas.

Yves Nadon, en plus d’être directeur chez les Éditions D’eux, touche à tout dans le domaine du livre : l’écriture, l’animation, etc. Il est auteur de fiction, mais aussi de textes sur la lecture chez les jeunes. Jean Claverie est un illustrateur prolifique avec plus de quatre-vingts albums jeunesse à son actif. Après une carrière comme professeur aux Beaux-Arts de Lyon, il se concentre maintenant sur l’illustration, offrant, pour cet album, une ambiance très réaliste tout en douceur.

Peter le chat debout, Nadine Robert et Jean Jullien, Comme des géants

Phil trouve Peter dans une boîte, devant sa maison. Peter est un chat… particulier. Il se tient debout. Il ne joue pas avec des balles de laine et ne chasse pas les chats. Et pourtant ! Il a des passe-temps uniques pour un chat. Un album basé sur la répétition qui fera assurément rire vos enfants.

Après avoir travaillé dans différents domaines culturels, Nadine Robert rejoint le monde de l’édition. Elle y trouve sa place assurément, car elle est aussi l’auteure de plusieurs albums jeunesse. L’illustrateur Jean Jullien a un univers bien à lui. Il dépasse d’ailleurs le cadre de l’illustration pour s’intéresser aux films et à la photographie.

Découvrez notre article complet ici.

 

0-5 ans, 12 ans et plus, 6-11 ans

Fantômes, Sorcières, Monstres et cie!

La grenouille fantôme, Ohara Hale, Éditions La Pastèque

En pleine nuit, alors que toute la famille dort, Grenouille fantôme en profite pour s’amuser. Elle n’est pas méchante pour deux sous. Bien au contraire, elle veille sur la maisonnée, de nuit comme de jour. Avec un peu d’entraînement, tu pourrais même finir par la voir…

Ce qui frappe avant tout dans cet album, c’est son graphisme déluré et éclaté. Les illustrations sont vraiment originales. Les gros plans, les couleurs contrastantes, ainsi que les mignons personnages nous placent tout de suite dans une ambiance rigolote. Très vite, on sent qu’on n’a pas affaire à un livre ordinaire sur les fantômes. La pénombre y est même invitante, c’est pour vous dire! La grenouille fantôme y est pour beaucoup avec son doux sourire et ses délires farfelues. Mon moment préféré? C’est quand elle fait du surf sur la planche à repasser! Elle est joueuse, certes, mais ce n’est pas tout! La grenouille fantôme est omniprésente dans la vie quotidienne de cet enfant. Elle a comme mandat de veiller sur l’enfant, dans ses cauchemars, la nuit, comme dans ses peines, le jour, même si elle redevient invisible.

Un livre rempli de bienveillance qui déboulonne gentiment le stéréotype du fantôme. À lire aux enfants qui ont une peur bleue des fantômes!

Dès 4 ans.

Le sac à sorcière, Agnès de Lestrade et Robin, Éditions Nathan

Lili reçoit un cadeau super cool: une poupée sorcière capable d’exaucer n’importe quel vœu. Ni une ni deux, Lili murmure son souhait à l’oreille de la poupée, sans prendre la peine de lire toutes les instructions. Alors, oui, ça marche… mais pas exactement comme elle l’imaginait!

Un petit roman destiné aux jeunes lecteurs. Le texte est assez gros, bien fourni en dialogues et en images colorées. Il y a quelques pages pleines de texte qui peuvent demander un peu de soutien auprès d’un lecteur débutant. Cependant, comme de nombreux rebondissements surviennent, le rythme de l’histoire va bon train et cela rend la lecture captivante.  La poupée sorcière se relève être un prétexte pour aborder le thème de l’enfant unique qui souhaite ici avoir une petite sœur. Ce n’est aucunement une sorcière maléfique et ses pouvoirs sont bien limités. Pourtant, la magie opère, car l’héroïne vit une gamme d’émotions auquel tout enfant se reconnaîtra d’emblée.

Dès 6 ans.

Drôle de prince charmant!, Karine Dupont-Belrhali et Gaëlle Duhazé, Éditions Milan Poche

Yvan, vampire tyrannique, quitte sa Transylvanie natale pour un pays où sa terreur pourra enfin rayonner à sa juste valeur. Avec un ambitieux projet en tête, il monte, avec grogne, le Château de la peur. Gloire et célébrité sont immédiatement au rendez-vous! Mais voilà que débarque de nulle part la princesse Zina. Elle doit trouver rapidement un prince charmant et pour cela elle compte bien utiliser le château à son avantage.

Un sympathique roman très au goût du jour avec ce vampire moderne qui cherche la célébrité rapide. Les illustrations accrocheuses et rigolotes de Karine Dupont-Belrhali accompagnent magnifiquement bien le texte. Ici, on est complètement dans le thème d’Halloween : vampire, château, peur, bave, pustule, dragon, marmite et toile d’araignée. Le vocabulaire est riche et intéressant à exploiter. On aime également le mélange des genres lorsque le conte de fées (la princesse) rencontre l’histoire d’horreur (le vampire). C’est original et cela demeure léger.

Deux plus dans cette collection! Tout d’abord, les personnages ainsi que quelques mots de vocabulaire (mis en relief dans le texte) sont définis sur les rabats de la couverture. Qui plus est, un dossier de plusieurs pages complète le roman grâce à des petits jeux qui font travailler la compréhension de la lecture. Le plaisir peut donc continuer.

 Dès 6 ans.

Bienvenue chez le fantôme!, Élodie Agin et Amélie Fléchais, Éditions Milan

Dédé le fantôme aspire à une retraite bien méritée. Trois cents ans à faire peur, ça fatigue. Enfin, il a réussi à faire fuir tout le monde! Enfin, il est seul! Enfin… presque. La famille Sanstrouille et leurs deux enfants débarquent au manoir. Dédé va sûrement devoir reprendre du service…

Un court roman très bien adapté aux premiers lecteurs et qui peut aussi être utilisé auprès d’un public plus jeune. D’ailleurs, mes filles de quatre ans ont adoré. Le livre est abondamment illustré par des images en couleur ce qui permet de bien suivre le propos. De plus, même si le personnage principal est un vieux fantôme ronchon, l’histoire met rapidement en avant une famille qui, elle, ne craint aucunement d’avoir peur. L’effet étant de saisir le lecteur, de le surprendre et de le captiver. Pari réussi! Pour les grands comme pour les petits, ce roman est bien amusant.

Le plus : ce titre s’insère dans une collection bien garnie de romans du même genre. Faciles, bien ficelés et attrayants! C’est bien simple, mes enfants sont conquis et en redemandent encore.  Les jeux présentés à la fin de l’histoire représentent un excellent moyen de passer un bon moment parent-enfant, mais aussi de stimuler le plaisir de la lecture.

Dès 6 ans.

Les méchants, Épisode 1, Aaron Blabey, Éditions Scholastic Canada

Loup a un plan très ambitieux. Il veut changer la réputation des méchants en les transformant en héros. Pour ce faire, il a jeté son dévolu sur trois vilains coéquipiers : M. Serpent, M. Piranha et M. Requin. Ensemble, ils vont réaliser des bonnes actions! Enfin… c’est ce qu’il veut, c’est ce qu’il dit mais…

La page couverture m’a immédiatement attirée! Le titre, la bouille des personnages et la photo de style criminel: j’étais certaine que mes enfants adoreraient! Et, comme de fait, ils l’ont dévoré en une bouchée. Ce roman graphique en noir et blanc nous fait passer un moment très divertissant en compagnie de ces monstres déjantés. Ils menacent, crient, « gueulent », lancent des regards effrayants et prennent le lecteur à parti. Le loup est particulièrement désopilant par sa façon de faire brutale qui est en décalage (TOTAL!) avec son discours sur la gentillesse. Dans ce tome, M. Loup nous présente ses trois acolytes en fournissant, notamment, un accès privilégié à leur dossier criminel (on aime ce genre de détail!). Ces derniers font donc partis, malgré eux, du club des Gentils et le plan est de libérer les animaux détenus d’une fourrière. Une grande et belle action qui aura un effet plutôt mitigé. En tout cas, le ton est franc et l’humour est incisif. Un style qui, selon moi, plaira grandement aux jeunes!

Dès 7 ans.

Le fantôme d’Anya, Vera Brosgol, Éditions la courte échelle

Anya, jeune immigrante russe, intègre une école privée américaine et ce n’est pas facile. Pour éviter les moqueries de ses camarades, elle consacre beaucoup d’énergie à gommer son accent, sa silhouette ainsi que ses origines. Elle aimerait tellement se fondre dans la masse. Un jour, en rentrant de chez elle, elle tombe dans un puit abandonné. Et, comble de malchance, celui-ci est hanté par un fantôme! Emily Reilly y est décédée il y a environ 90 ans. Grâce à un petit morceau d’os de cette dernière, le spectre suit Anya partout et l’aide à avoir plus de confiance en elle. Devoirs, look, relations amoureuses, tout semble désormais plus facile! Néanmoins, la cohabitation entre les deux adolescentes montre rapidement des failles. Le piège semble se refermer peu à peu sur Anya qui réalise que sa nouvelle « amie » n’est pas exactement celle qu’elle prétend être…

À lire et à faire découvrir! Absolument!

J’ai dû insister auprès de mon plus vieux pour qu’il ne se laisse pas influencer par la page couverture (un brin féminin pour lui…) et le style du livre (une bande dessinée en noir et blanc en petit format), mais mes efforts ont été récompensés. Je l’ai convaincu et vous savez quoi? Il a adoré! Pourquoi? Car, comme moi, il a été transporté hors de sa zone de confort. Le lecteur se sent dupé et pris au piège au même titre que l’héroïne. Un roman qui conjugue habilement la vie de cette adolescente russe et le passé du fantôme d’Emily, les manques et les difficultés de l’une comme de l’autre dans les sphères amoureuses et familiales. Le suspense est tel qu’on a de la difficulté à lâcher le livre : on veut absolument savoir! L’originalité de cette histoire réside notamment dans la richesse de ses personnages et celle des thèmes abordés. Anya chemine grandement sous les yeux du lecteur. Elle finit notamment par réaliser que sous l’apparence et la vie des jeunes qu’elle envie se cachent des comportements peu glorieux.

Dès 12 ans.