Browsing Category

Suggestions et critiques

12 ans et plus, Suggestions et critiques

«Sirius» de Stéphane Servant, Éditions du Rouergue

L’homme a détruit le monde tel qu’il le connaissait. Depuis cinq ans, Avril tente d’élever Kid dans une cabane dans un arbre. Après la stérilité de toutes espèces vivantes et la violence, il ne reste plus grand-chose. Avril apprend à Kid à parler et ce qu’était le monde d’avant. Bien cachés dans la forêt, ils n’ont pas vu personne depuis longtemps et d’animaux depuis une éternité. Pour rassurer l’enfant, Avril lui dit que lorsque Sirius, le chien noir de la famille avec une étoile blanche sur le front, reviendra, ils quitteront l’arbre pour se rendre à la montagne retrouver Pa et Ma. Mais voilà que Kid est convaincu que Sirius est de retour alors que Avril tente de lui expliquer qu’il ne s’agit pas d’un chien. L’enfant veut partir pour la montagne. Au même moment, le passé d’Avril la rattrape sous la forme de Darius et ses étoiles noires. Avril et Kid prennent donc le chemin de la montagne sans savoir ce qui les attendent. Et si finalement, ils étaient destinés à s’y rendre? Et si l’histoire de Sirius inventée par Avril devenait de la plus haute importance?

Vraiment impressionnante cette histoire d’Avril et Kid. À travers sa plume, l’auteur nous rappelle que nous n’avons qu’une seule planète et que nous devons en prendre soin, un sujet d’actualité. Malgré tout, il ne nous fait pas la morale et nous raconte merveilleusement le parcours d’Avril et de Kid à travers la nature qui se reconstruit et les hommes qui se détruisent.

En plus d’être riche en rebondissements, ce roman nous fait passer par toute une gamme d’émotions, tantôt on rit, tantôt on pleure, tantôt on est en colère. Et si dans le monde de nos deux héros, il n’est plus possible de sauver la planète, on se demande ce qu’on pourrait faire pour faire mieux.

À partir de 13 ans.

0-5 ans

«Le petit Ivan» de Niki Orfanou et Yvan Duque, Éditions Le lièvre de mars

Soir après soir, une vieille femme et un vieil homme formulaient le vœu suivant : « Quel bonheur ce serait d’avoir un enfant ». Un jour, l’homme déposa une bûche de tilleul sous le foyer. Le soir venu, une petite voix résonna dans la chaumière. Un petit garçon sortit de la cheminée. Comblé de joie, le couple embrassa l’enfant et décida de l’appeler Petit Ivan. Ainsi débute l’histoire merveilleuse de ce hardi garçon. Ce conte merveilleux russe est l’oeuvre de Niki Orfanou. Elle a écrit cet album jeunesse avec un style imagé propre à la tradition orale.

Il s’agit d’une histoire que mes garçons de 8 et 9 ans ont bien aimé. Parfois, ils se sentaient réconfortés, et par d’autres moments ils avaient un peu peur. Je me faisais donc un peu plus présente en les rassurant grâce à une touche de magie – et ma présence bienveillante. Ce n’est pas un conte que je laisserais lire à mes enfants sans explication. Bien qu’il soit dans la catégorie des 0-5 ans, mes plus jeunes ont eu quelques doutes quant au déroulement de l’histoire. Les illustrations, qui complètent à merveille texte rendent le tout étrangement chaleureux et merveilleux

Cet album aux illustrations à la gouache permet d’initier les enfants au folklore russe. L’esprit russe est immédiatement reconnaissable dans ce conte grâce aux couleurs chaudes (avec une dominance de rouge). Les dessins style vintage nous emportent littéralement dans un monde enchanteur et fantastique aux allures féeriques. Chaque page porte son texte sur un fond de couleur orangé en solitaire et quand aux illustrations,  ils ont leur propre page également. Petit Ivan rend hommage au conte traditionnel russe permettant de bien vivre l’histoire.

Il s’agit d’un album jeunesse étranger que j’ai adoré découvrir en famille. Ce récit russe est une adaptation tout à fait réussie. Il a montré à mes plus vieux l’importance de la méfiance, mais aussi de la bonté des gens. Un livre à lire !

 

6-11 ans

«Ruby tête haute» de Irène Cohen-Janca et Marc Daniau, Éditions des Éléphants

Aujourd’hui, dans sa classe, une enseignante présente à ses élèves une reproduction du célèbre tableau de Norman Rockwell: « The Problem We all Live With ». Après les avoir interrogés sur leur ressenti, elle leur raconte la véritable histoire de la petite fille du tableau, Ruby Bridges, première enfant noire à intégrer une école jusque-là réservée aux blancs.

Le lecteur prend donc connaissance que le 13 novembre 1960, escortée par des policiers, Ruby doit affronter les protestations et la haine des Blancs venus manifester devant sa nouvelle école. Comme les parents des autres élèves refusent que leur enfant côtoie une enfant noire, Ruby est seule dans une classe avec son enseignante. Du haut de ses 6 ans, Ruby ne comprend pas bien toute cette haine, mais il lui arrive parfois que la violence s’insinue la nuit, dans ses rêves. Malgré toute cette violence, Ruby garde la tête haute et peu à peu, il y a moins de gens devant l’école, moins de protestations et moins de haine. Ruby peut aller rejoindre les autres enfants dans la grande cour pour la récréation. C’est à ce moment qu’elle réalise que tous ces évènements sont reliés au fait qu’elle est noire. L’année suivante, aucun officier de police l’accompagne pour sa rentrée. Une fois à l’école, Ruby voit d’autres enfants noirs. C’est comme si l’année précédente n’avait pas eu lieu, mais Ruby est transformée pour toujours.

J’aime particulièrement le grand format de l’album, et le fait que sur chaque double page, on retrouve le texte à gauche et l’illustration à droite. Bien que le texte soit assez long, le vocabulaire utilisé est accessible aux enfants dès 9 ans. De plus, Irène Cohen-Janca réussi merveilleusement bien à nous faire ressentir la naïveté et l’innocence de Ruby à travers son écriture juste et sensible.

Les illustrations de Marc Daniau sont fortes, évocatrices et émouvantes. Il arrive à créer des images qui démontrent parfaitement toute la haine et la violence de la foule envers la petite Ruby. Je dirais même que certaines illustrations sont percutantes, plus particulièrement celle où un femme blanche brandit un bébé à la peau noir dans un cercueil. J’avoue que cette dernière a suscité beaucoup de réactions de la part de mes enfants lors de la lecture.

De plus, à la toute fin du livre, on découvre une page explicative au sujet la ségrégation aux États-Unis, du tableau de Norman Rockwell et les dates importantes entourant Ruby Bridges. 

Ruby tête haute est une vraie pépite pour les enseignants qui désirent aborder le racisme et l’égalité avec leurs élèves. Un album indispensable qui retrace un moment important de l’Histoire des États-Unis et qui mérite d’être lu par tous. 

0-5 ans

«Panthera Tigris» de Sylvain Alzial et Hélène Rajcak, Éditions du Rouergue

Voici l’histoire d’un savant, très très savant, qui entreprend d’approfondir ses connaissances sur le redoutable Panthera Tigris. Pour cela une expédition dans la jungle s’impose. Accompagné d’un guide autochtone, notre explorateur fera une expérience redoutable de la réalité qui parfois remet à plat toutes les connaissances théoriques. Le savant écoutera seulement son savoir encyclopédique, oubliant d’écouter les conseils préventifs de son guide visiblement mieux renseigné. En présence de la bête féroce, tout va effectivement se compliquer.

Ce qui est merveilleux avec ce livre, c’est que j’ai pu l’adapter autant à mes enfants de 2, 3 et 4 ans que pour mes plus grands de 8 et 9 ans. Mes plus jeunes étaient curieux de savoir ce qui allaient se passer et étaient impatients de savoir où se trouvait le tigre. Quant à mes grands, ils étaient plus intéressés par le petit côté encyclopédique de l’histoire. Mes enfants ont aimé le côté instructif de cet album jeunesse et la leçon de sagesse qu’en découle l’histoire. Nous avons eu beaucoup de plaisir à lire et à relire ce livre!

C’est avec beaucoup d’humour que Sylvain Alzial met en parallèle le savoir scientifique et l’expérience du terrain. La mise en page et les illustrations participent pleinement au plaisir que l’on prend à la lecture de l’album. En noir et blanc, sur la page de gauche est mis en avant le savoir scientifique souvent sous la forme de planches encyclopédiques : matériel d’expédition, langage du corps du tigre… Alors que la page de droite est consacrée au parcours du savant dans sa quête avec quelques touches de couleur qui prennent de plus en plus de force avec l’orange fluo de l’animal. Un livre à découvrir absolument pour nos petits savants!

12 ans et plus, Suggestions et critiques

«Le célèbre catalogue Walker et Dawn» de Davide Morosinotto, École des Loisirs

Ils sont quatre amis qui ont trouvé trois dollars. Au début des années 1900, trois dollars c’est presqu’une fortune. P’tit trois, Eddie, Min et Joju décident de commander un revolver dans le célèbre catalogue Walker et Dawn. Leur plan est parfait… jusqu’à ce qu’ils ouvrent le colis et découvrent une vieille montre brisée. Quelle n’est pas leur surprise quand ils apprennent que cette montre brisée vaut son pesant d’or et que le célèbre catalogue est prêt à remettre 4000 dollars à celui qui la ramènera. Pour être certains de toucher la récompense, ils s’embarquent pour Chicago. Ils quittent les bayous de la Louisiane vers le monde des grandes villes où ils découvriront la traîtrise, le vol, le mensonge et bien plus encore!

Wow! Cette histoire est riche en rebondissements! Le livre est divisé en quatre où, à tour de rôle, les personnages racontent une portion de leur périple. P’tit trois explique comment tout a commencer dans le bayou avec la découverte des trois dollars. En tant que guide, Eddie raconte leur périple en bateau, en train ou à pied. Une fois à Chicago, c’est Joju qui prend le relais alors que le habituellement silencieux Min conclut leur aventure.

Difficile de prévoir tout ce qui peut arriver quand quatre jeunes quittent leur bayou pour un endroit qu’ils ne connaissent pas et qui se trouve à des milliers de kilomètres! L’auteur sait comment nous envoyer sur de fausses pistes. On pense avoir résolu l’énigme de la montre, mais non… et on repart sur la route en compagnie des quatre comparses!

Personnellement, c’est à ce roman que je remettrais le Prix des libraires du Québec – sélection jeunesse. La compétition est féroce, mais l’auteur a su m’entraîner dans les États-Unis du début du siècle, dans une aventure vraiment géniale et avec un style qui m’a beaucoup plu!

À partir de 12 ans.