Browsing Category

C’est WOW!

6-11 ans, C'est WOW!, Suggestions et critiques

4 suggestions sous le thème des jeux vidéos

Les aventuriers des jeux vidéo (tome 1), Geneviève Guilbault, Éditions Andara

Les amis Simon et Adèle ont décidé d’essayer un nouveau jeu vidéo. Quelle n’est pas leur surprise quand ils sont aspirés dans le jeu et doivent eux-mêmes triompher des différentes épreuves. Sauront-ils survivre au labyrinthe des hamsters, aux mystérieuses énigmes ou encore au parcours du mammouth volant? Sans compter qu’ils devront astucieusement utiliser leur récompense comme un cabinet de toilette ou une canne de peinture bleue!

Les aventures de Simon et Adèle font parties de la collection de roman Mon big à moi des Éditions Andara. Il s’agit d’un premier roman qui s’adresse aux nouveaux lecteurs. Malgré l’épaisseur du livre, le texte y est écrit très (très) gros et est agrémenté d’illustrations. Les plus jeunes auront alors beaucoup de plaisir à suivre les aventures rocambolesques et drôles de Simon et Adèle. Un succès assuré auprès des premiers lecteurs fans de jeux vidéo!

Dès 8 ans.

Escapades virtuelles: Sueurs froides aux pays des momies, Jessica Wilcott, Éditions Fou Lire

Guillaume et Katherine devait passer un après-midi tranquille à manger des pogos et jouer à des jeux vidéos. Mais il a suffi que le père de Kat lui interdise de toucher à son nouveau jeu pour que la jeune fille brise l’interdit. Le jeu entraîne Guillaume et Katherine en plein coeur de l’Égypte ancienne. Malgré leur passion pour les jeux vidéos, arriveront-ils à traverser les épreuves et rentrer à la maison?

Belle aventure, parfaite pour les jeunes de 7 à 10 ans. Les épreuves imposées à Guillaume et Katherine nous font retenir notre souffle. Sans oublier que Guillaume sait parfois être très drôle, spécialement quand un dieu égyptien s’intéresse à son amie! Quelques illustrations et un complément d’informations sur la civilisation égyptienne à la fin du roman complètent bien le tout. Roman parfait pour les jeunes lecteurs!

Dès 7 ans.

Le journal d’un noob (tome 1), Cube Kid, Édition 404

On suit ici les aventures de Minus, un simple petit villageois qui souhaite devenir un aventurier/guerrier (comme Steve), pour protéger son village. Il pense rarement comme ses voisins et travaille très fort en classe depuis que les anciens du village ont (enfin) décidé de former des guerriers. Minus tient un journal qui se veut un peu les archives de ce qui se passe à l’école et au village. Accompagné des illustrations de notre héros, on découvre un peu plus le monde de Minecraft.

Super aventure qui plaira davantage aux fans de Minecraft. Connaissant peu l’univers du jeu vidéo, je n’avais pas toutes les références nécessaires pour bien comprendre tout ce qui se passait. Par exemple, j’ai aucune idée à quoi ressemble un Endermen! Toutefois, suivre les péripéties de Minus est fort plaisant et drôle. Un livre qui plaira assurément aux jeunes de 10 ans et plus!

Dès 10 ans.

La série GAMER (5 tomes), Pierre-Yves Villeneuve, Éditions Les Malins

Laurianne est une ado typique qui partage son temps entre ses écrans d’ordi, ses amis et l’école. Tout cela change quand elle doit dire au revoir à la campagne et à son meilleur ami pour déménager en ville. Commence alors une nouvelle vie à l’école secondaire qui ne sera pas de tout repos. Comment réussir à passer inaperçu quand on se met à dos la fille la plus populaire de l’école et que nos nouveaux meilleurs amis sont les geeks de service? Toutefois, Laurianne pourra se défouler en revêtant les traits de son avatar Stargrrrl dans le célèbre jeu de La ligue des mercenaires. Pas facile pour une fille d’évoluer dans cet univers…

J’ai lu le premier tome pour l’ajouter à ma thématique de livres sur les jeux vidéo. Eh bien, j’ai tellement adoré que j’ai dévoré les cinq premiers tomes (le prochain est prévu pour cet automne) en moins d’une semaine. Ça a été un plaisir de suivre Laurianne et ses amis dans le monde des jeux vidéos, des médias sociaux, de l’Internet mystérieux. Adolescente un peu atypique parce que geek, Laurianne est aussi une ado bien de son temps qui navigue à travers l’école secondaire, les médias sociaux, les garçons et bien sûr les jeux vidéo. Cette série est littéralement un page turner qui plaira autant aux filles qu’aux garçons! Sérieux, il y avait longtemps que je n’avais pas A-DO-RÉ une série comme celle-ci! C’est WOW!

0-5 ans, 6-11 ans, C'est WOW!, Suggestions et critiques

Dans la bibliothèque de Julie L.

J’ai demandé à mes collaborateurs de vous proposer trois coups de coeur de leur bibliothèque, que ce soit leur bibliothèque actuelle ou celle de leur jeunesse. Voici maintenant les choix de Julie!

Pas facile de faire un choix! Il y a tant de beaux livres à vous faire découvrir!

La petite pieuvre qui voulait jouer du piano, Wajdi Mouawad, Éditions de la Bagnole

Hector est une petite pieuvre qui voudrait bien apprendre à jouer du piano. Par contre, chez les pieuvres, on passe plutôt notre temps à froncer des sourcils. Hector décide alors de partir à la recherche d’un grand musicien qui pourra lui apprendre le piano. Et si en chemin, Hector apprenait plus que la musique?

Cet album grand format est d’une beauté magique! Entre le texte musical de Wajdi Mouawad et les fabuleuses illustrations de Stéphane Jorisch, il est facile de se laisser bercer par la musique d’Hector. À la lecture de ce conte, on se laisse facilement bercer par l’histoire. À lire avec les 5 ans et plus pour bien profiter de tout ce qu’Hector et ses amis ont à nous offrir!

Dès 5 ans.

 

 

Comme toi, Geneviève Côté, Éditions Scholastic

Lapin aimerait bien être comme Cochon et Cochon aimerait bien être comme Lapin. Les deux amis s’amusent à se transformer en leur meilleur ami. Mais le fait d’être différent, n’est-ce pas la raison pour laquelle les deux amis s’entendent si bien?

Cet album est d’une magnifique douceur. Des illustrations colorés et un texte court permet d’apprécier la transformation de Lapin et Cochon et de rire de leurs bonnes idées. Lapin utilise du zeste de citron pour une queue en tire-bouchon et Cochon prend de grands bas pour ce faire de longues oreilles. Un bel album pour apprécier la différence!

Dès 3 ans.

Découvrez l’entrevue WOW de Geneviève Côté juste ici et notre article 100% Geneviève Côté, ici!

 

C’est un livre, Lane Smith, Gallimard jeunesse

Notre ami Singe est en train de lire un bon livre. Petit âne se questionne, mais qu’est-ce que c’est? Est-ce que ça peut envoyer des courriels, est-ce qu’il faut le recharger, peut-on faire des combats entre les personnages? Petit âne découvrira bien vite ce qu’est un livre…

Un super album qui rappelle l’importance des livres dans une société de tablettes, d’ordis et d’écrans. C’est sûrement ce qui en fait un de mes coups de cœur! Lane Smith nous fait bien rigoler avec toutes les questions de Petit âne. Et le plus merveilleux, c’est qu’il existe une version cartonné sous le titre C’est un petit livre, pour les enfants plus jeunes. Mademoiselle S., 16 mois, adore cette version où l’on s’amuse à vérifier si un livre peut servir de chapeau ou encore s’envoler.

Dès 3 ans.

 

 

 

 

0-5 ans, C'est WOW!

« Samuel et le chapeau de pêche » de Léo-James Lévesque et Amélie Montplaisir

Je l’avoue, j’ai craqué pour le prénom du petit garçon, Samuel. Mon petit homme se nomme Samuel. J’ai donc été rapidement interpelée. Puis, la couverture ne pouvait pas me laisser indifférente. Cette douce illustration d’Amélie Montplaisir véhicule tellement d’émotions. Elle montre la complicité, l’amour, la tristesse aussi avec le personnage au dos courbé, le grand-papa de Samuel. Elle montre comment les enfants peuvent avoir les bons gestes dans des situations parfois difficiles à comprendre. Mais que se passe-t-il dans cette illustration ? Voici le résumé de ce beau livre.

Samuel est très excité. Il part pour son premier voyage de pêche avec son grand-père cette année. Et il décidera de rapporter comme souvenir… le chapeau de pêche de son grand-père. Le récit est teinté par le décès du papa de Samuel, mais ce n’est qu’un élément de la trame.

Disons-le tout de suite. Ce n’est pas un album plein de rebondissements. Samuel et le chapeau de pêche s’inscrit dans la collection « Mes petits moments » chez Les 400 coups… et il est à sa place. À la lecture de cet album, nous partageons un moment avec Samuel et son grand-papa. D’abord, les moments entre les grands-parents et leurs petits-enfants sont magiques. C’est une relation unique. C’est ce que Léo-James Lévesque nous transmet, cette chimie entre un grand-papa et son petit fils.

On passe par toute une gamme d’émotions, de la joie à la nostalgie et à la tristesse. Même si on a envie de lire cet album énergiquement, les mots de l’auteur nous ramènent plutôt à une lecture douce. On vit un moment et on prend le temps de le savourer. C’est comme les souvenirs peuvent se graver dans ces petits moments, que ce soit une compétition de pêche amicale ou une conversation qui fait ressortir des souvenirs tristes. Voilà un album où vous serez bercés par le rythme de la vie. Vous pourrez même discuter de ce sujet avec votre enfant en l’amenant à comparer deux livres entre eux par exemple.

Avec les plus vieux, vous pourrez aborder le thème du deuil. Vous pourrez montrer que les personnes décédées restent toujours dans nos pensées. Elles sont toujours présentes, surtout quand il y a des traditions… et que parfois, un objet peut nous aider à garder contact avec nos souvenirs de cette personne.

Les illustrations d’Amélie Montplaisir s’harmonisent parfaitement au texte. Elles sont empreintes de douceur. Le traitement des couleurs apporte de la sensibilité, mais nous met également dans une position de souvenirs. J’ai un petit coup de cœur pour les expressions faciales des personnages.

Dans notre entourage, nous ne sommes pas très fans de pêche. Par contre, j’espère que mes enfants vivront d’aussi beaux et d’aussi forts moments avec leurs grands-parents. C’est une relation unique qui repose sur l’amour, la confiance et la découverte. Un message que Léo-James Lévesque et Amélie Montplaisir nous transmettent à merveille dans Samuel et le chapeau de pêche.

12 ans et plus, C'est WOW!, Suggestions et critiques

Scène de crime

Étienne est un ado plutôt rejet et qui béguait. Il a avoué ses sentiments à Tanya, la fille la plus populaire de l’école. Elle lui a simplement dit qu’il devait lui prouver son amour pour ressortir du lot de ses nombreux admirateurs. Et si Étienne était vraiment prêt à tout pour impressionner Tanya? Et si Tanya se retrouvait au milieu des meurtres survenus à l’école?

Scène de crime est étonnant! D’abord, ce roman pour ado fait partie de la collection Oser lire. Un côté du livre contient une version courte de l’histoire pour nous donner envie de lire la suite. Parfait pour ceux qui peinent à lire ou dont le français n’est pas la langue maternelle. Le texte est allégé, simple, mais tout aussi percutant. Bien vite on arrive là où un message nous propose gentiment de retourner le livre pour découvrir toute l’histoire ainsi que sa fin. Sans tarder, j’ai retourné le livre et j’ai été renversé par le dénouement. Cette version longue du texte ajoute des petits détails qui enrichissent l’histoire. Et dans ce cas-ci, il faut dire que Sonia K. Laflamme nous a préparé un super récit, plein de rebondissements que je ne peux révéler ici… J’en suis encore toute surprise! Courez vite vous procurer cette Scène de crime pour tout savoir!

Dès 13 ans.

12 ans et plus, 6-11 ans, C'est WOW!

4 raisons d’aimer «Trois Portugais sous un parapluie (sans compter le mort)» de Rodolfo Walsh et Inès Calveiro

Les livres-jeux ont toujours la cote, pour les petits et les grands. Même si j’ai parfois l’impression qu’ils sont sous-estimés, certains d’entre eux sont de véritables bijoux. Trois Portugais sous un parapluie (sans compter le mort) de Rodolfo Walsh, illustré par Inès Calveiro, est l’un de ceux-là. À mi-chemin entre l’album et le livre-jeu, il est en soi un bel objectif à posséder.

Sous un parapluie, quatre Portugais étaient à une intersection. Chacun surveillait une rue. Pourtant, l’un d’eux est avant d’avoir trouvé un taxi. Que s’est-il passé sous ce parapluie ? Voici 4 raisons d’aimer Trois Portugais sous un parapluie (sans compter le mort) !

Le concept

Qui n’aime pas les énigmes ? Même si elles nous font parfois rager, les énigmes aiguisent notre logique et mettent notre concentration au défi. Alors, pourquoi ne pas raconter l’histoire de cette mort ? Le lecteur devient actif en découvrant l’histoire au fil des indices. Il devient lui-même le personnage de l’enquêteur.

Le style de Rodolfo Walsh

Le style de Rodolfo Walsh est à la fois simple et humoristique. Il donne envie de dévorer le livre. Une fois à la fin, on comprend qu’on a été piégé dans le rythme de la narration et qu’on a oublié de chercher le coupable. Aussi bien recommencer dès le début.

Comme toute bonne énigme, l’auteur laisse traîner des informations inutiles. C’est au lecteur de faire le tri. Après tout, la taille des Portugais a-t-elle une véritable importance ? À vous de le vérifier. Ne vous inquiétez pas, la solution vous est donnée à la fin… Voulez-vous vraiment la savoir ou préférez-vous la chercher ?

L’ambiance d’Inès Calveiro

Le travail d’Inès Calveiro fait place au découpage, ce qui crée une ambiance et des perspectives très intéressantes. Les palettes de couleurs dans les teintes grises et le jeu des textures nous mettent dans l’ambiance. Il y a là une belle recherche graphique qui nous sort de notre zone de confort. Les pages sont dynamiques comme un film d’animation.

Le jeu

Qui n’aime pas jouer ? On peut avoir perdu l’habitude. On peut même avoir oublié que le livre est aussi un jeu. On développe des habitudes de lecture qui s’éloignent du jeu, mais Trois Portugais sous un parapluie (sans compter le mort) est une superbe occasion de renouer avec la dimension jeu du livre. Faites-en un moment de jeu avec votre enfant. Vous travaillerez tous les deux vos méninges !

 

Alors, prêts à jouer ?

 

Dès 7 ans.