All Posts By

Marie-Michèle

6-11 ans, Suggestions et critiques

«Justin et les malcommodes, La fantastique aventure en forêt» (tome 1), Sandra Dussault, Boréal

Justin est un solitaire, malgré lui. Les journées à l’école ne sont pas des plus excitantes quand on n’a pas d’amis. Alors, un matin, distrait, Justin embarque dans le mauvais autobus. Ça ne lui prendra que quelques minutes pour comprendre. Il est entouré de personnes âgées. Pourquoi le chauffeur n’a-t-il pas remarqué cet intrus?

Quand Justin s’approche du chauffeur pour lui demander d’arrêter l’autobus, il découvre que celui-ci est sourd. Pas possible de se faire remarquer. Si bien que l’autobus s’arrête seulement une fois arrivé en forêt. Après un brin de jasette, Justin découvre que l’autobus ne reviendra pas. Les personnes âgées veulent vivre une aventure: retourner à la maison de retraite à pieds!

Et cette aventure ne sera pas si facile que prévue.

Je crois que l’intérêt de ce roman réside dans le fait qu’il met en scène des personnes âgées. On dit souvent que les jeunes (et même les adultes) accordent peu d’importance aux personnes âgées. Ici, ils sont au coeur du livre et ils sont drôles! En fait, ces personnes âgées nous rappellent parfois les enfants avec leur imagination. Pas étonnant que malgré son impatience ici et là, Justin trouve en eux de nouveaux amis.

Ce roman s’adresse aux jeunes qui sont à leurs premières lectures. Par conséquent, on ne réinvente pas la roue et c’est parfait comme ça. Même s’il y a des passages comiques, j’ai trouvé qu’il y avait un petit creux au centre. Il faut dire que c’est long longtemps retourner à la maison de retraite et le lecteur le ressent bien. En fait, au même moment où je trouvais le récit perdait son rythme, les personnes âgées aussi perdaient leur rythme. Heureusement, Justin aura l’idée de rendre l’expédition plus excitante. Et à partir de ce moment, l’action ne s’arrêtera plus.

Rassurez-vous, ce roman fait un peu plus que 130 pages. Alors, les jeunes lecteurs n’auront pas le temps de décrocher.

Avec ses personnages comiques, la série Justin et les malcommodes s’annonce des plus divertissantes. Comme quoi, nos amis n’ont pas nécessairement le même âge que nous. Il faut être à l’écoute de l’amitié dans elle se présente.

Dès 8 ans.

6-11 ans, Suggestions et critiques

« Sarah-Lou, Détective (très) privée, Napoléon est mort » (tome 2), Audrée Archambault, Éditions de la Bagnole

C’est avec plaisir que je vous présente aujourd’hui le tome 2 de la série «Sarah-Lou». Avant que vous ne fermiez la page en vous disant que vous n’avez pas lu le premier tome, je veux vous dire que ce deuxième tome se lit très bien sans avoir lu le premier. L’héroïne n’oublie pas de faire quelques rappels pour ceux qui n’auraient pas lu sa précédente aventure.

Dans Napoléon est mort, Sarah-Lou part en vacances au camping avec ses grands-parents comme à chaque année. Toutefois à peine arrivée, une tragédie secoue la communauté du camping. Napoléon, le chien de son ami Carlos, est retrouvé mort. La mort de Napoléon n’a rien de naturel. N’écoutant que son coeur (et sa grande curiosité), Sarah-Lou décide de mener l’enquête.

Sarah-Lou est toujours aussi attachante. J’aime particulièrement cette héroïne parce qu’elle est plus « tomboy ». Aucun signe de rose dans ce roman. Remarquez, je n’ai rien contre les livres de « filles » (et j’aime bien en lire, je l’avoue), mais Sarah-Lou transpire d’authenticité. Elle désobéit, elle ne s’intéresse pas aux garçons. Elle n’est pas la meilleure à l’école… mais pas la moins bonne non plus. Elle est vraie tout simplement. Déterminée, obstinée, elle découvrira dans ce tome d’où vient sa passion pour les enquêtes.

D’ailleurs, dans ce tome, le lecteur la retrouve dans un nouveau contexte, sans sa meilleure amie. On découvre qu’elle n’aime pas que quelqu’un d’autre prenne plus de place, qu’elle n’aime pas qu’on remette ses décisions en question. (Je ne m’étends pas pour éviter de briser l’ambiance.) Pourtant, on découvre aussi qu’elle sait piler sur son orgueil pour reconnaître le travail des autres. Ce sont tous ces petits travers qui rendent Sarah-Lou si vraie.

L’aventure que vivent Sarah-Lou et ses amis est haute en couleurs. Ils prennent des risques… qui pourraient les mettre en danger. L’action est au rendez-vous et le stress aussi. Comme maman, j’étais stratégie pour eux (et j’étais contente de ne pas être leur maman). Si j’étais un jeune lecteur, je trouverais qu’ils ont du « guts ». C’est aussi ça, Sarah-Lou, de l’action vraiment plausible pour les jeunes ados.

J’ai particulièrement aimé la finale. Sans extravagance, elle nous conscientise tout en étant surprenante. J’ai réellement été surprise. Cette finale est tout aussi réaliste que le reste du roman et meilleure que le tome 1!

Côté mise en page, j’aime toujours que le texte soit bien aéré. Les plus jeunes lecteurs pourront se lancer sans se décourager. Sans oublier les petites illustrations et les mots mis en évidence qui contribuent à la mise en page adaptée à un jeune public.

En somme, Sarah-Lou, Détective (très) privée, Napoléon est mort (tome 2), est un roman qui plaira autant aux garçons qu’aux filles. Avec ses personnages ados si authentiques et une aventure qui ferait rêver les jeunes qui espèrent tellement une enquête dans leur voisinage, Audrée Archambault signe une suite géniale. Si vous n’avez pas lu le premier tome, allez-y! Maintenant, attendons le tome 3.

Dès 8 ans.

0-5 ans, 12 ans et plus, 6-11 ans, C'est WOW!

C’est WOW! – 2018

Pour terminer l’année, voici la liste des livres qui ont reçu la mention C’est WOW! par les membres de notre équipe en 2018! Cliquez sur les titres pour découvrir les articles liés à ces titres.

  1. La bulle, Timothée de Fombelle et Éloïse Scherrer, Éditions Gallimard Jeunesse 
  2. 1re avenue, Émilie Rivard, Espoir en canne
  3. RAGE, Orianne Charpentier, Gallimard
  4. Chroniques post-apocalyptiques d’une enfant sage, Annie Bacon, Bayard Canada
  5. Oli (la série), Richard et Pierre Houde, Dominique et compagnie
  6. Gamer (la série), Pierre-Yves Villeneuve, Éditions les Malins
    Et ici aussi.
  7. Gare au gaspi, Geneviève Rousseau et Estelle Meens, Mijade
  8. Quand le destin s’en mêle, Samuel Champagne, Éditions de Mortagne
  9. Au secours! Je perds la vue!, Martine Bisson Rodriguez, Éditions L’Interligne
  10. Notre environnement, Jacques Pasquet et Yves Dumont, Éditions de l’Isatis
  11. Samuel et le chapeau de pêche, Léo-James Lévesque et Amélie Montplaisir, Les 400 coups
  12. C’est un livre, Lane Smith, Gallimard Jeunesse
  13. Scène de crime, Sonia K. Laflamme, Bayard Canada
6-11 ans, Suggestions et critiques

« Malou » de Geneviève Godbout chez La Pastèque

Quelle surprise j’ai eue lorsque j’ai ouvert l’enveloppe et que j’y ai découvert Malou. J’étais vraiment excitée. Non seulement je trouve que la Pastèque fait des livres d’une incroyable qualité, mais j’adore aussi le travail de Geneviève Godbout. À la fin de ma lecture de Malou, j’ai su que je ne pourrais pas en parler mes enfants tout de suite (ils sont trop petits), car s’il contient peu de mots, Malou transmet un grand message.

Malou est un charmant petit kangourou qui adore sauter. Il saute partout et peut faire de belles acrobaties. Pourtant, un matin, plus rien ne va. Il ne sait plus comment sauter. Avec ses amis, il essaie une multitude de trucs pour l’aider à sauter à nouveau, mais rien n’y fait. Heureusement, au fil des essais (et ce sera long !) et avec le soutien des amis, il retrouvera comment sauter et rire à nouveau.

En fait, il est possible de lire cet album avec les petits et le prendre au premier degré. Toutefois, il est intéressant de s’y intéresser à un autre niveau. En plus de lire le texte, vous pouvez vous attarder aux illustrations de Geneviève Godbout pour voir qu’il y a un petit brouillard gris autour de la tête de Malou. Vous comprenez donc que Malou souffre intérieurement. Il fait une dépression.

Bien que plus connue aujourd’hui, la dépression reste un sujet tabou. Certaines personnes ne font pas preuve de compréhension, que ce soit les membres de la famille, les amis, les employeurs, etc. Malou est une belle façon d’introduire la dépression auprès des enfants et surtout, de montrer que le soutien des amis est essentiel à la guérison.

Comme toujours, les illustrations de Geneviève Godbout créent une ambiance douce et délicate. Le grain des couleurs (accompagné par la texture du papier) est unique. On y sent véritablement une touche personnelle de l’illustratrice. On sent la lourdeur de ce pauvre petit Malou. Geneviève Godbout offre toujours des œuvres de qualité, qu’elle soit illustratrice ou auteure… ou les deux !

Quand on s’attache à Geneviève Godbout, il est facile de se laisser bercer par son univers. Malou ne fait pas exception. C’est un album à mettre entre les mains des enfants, que ce soit pour les illustrations ou pour le thème si important. Malheureusement, on voit que la dépression peut même toucher les enfants. C’est donc important d’en parler pour qu’ils puissent être sensibilisés à cette maladie.

12 ans et plus, 6-11 ans

« Au secours ! Je perds la vue ! » de Martine Bisson Rodriguez chez L’Interligne

J’ai reçu Au secours ! Je perds la vue ! par surprise. Une belle surprise des Éditions de L’Interligne. Je l’avais vu passer ici et là sur les médias sociaux, mais je n’avais pas eu le temps de m’y attarder. Quand je l’ai sorti de l’enveloppe, j’étais vraiment contente de le recevoir. Voilà un sujet qui sort de l’ordinaire. Comme il s’agit d’un petit roman, j’ai décidé de le commencer, doucement, en me couchant un soir. Un soir que je me couchais particulièrement tard en plus ! Il était minuit et demi et je me suis retenue pour ne pas le terminer. Léo, le personnage principal de Martine Bisson Rodriguez, est si touchant. J’avais envie d’aller le prendre dans mes bras.

Léo est une star. Il est sportif et il est un bon élève, mais depuis quelques temps, ses yeux lui jouent des tours. Il décide d’arrêter de faire du sport et il s’isole. Personne ne lui pose de questions, personne ne s’inquiète plus que d’habitude. En fait, oui, mais tout le monde croit qu’il exagère. Et même, en allant chez l’optométriste, on ne trouve pas le problème. Plusieurs mois s’écoulent et Léo se renferme sur lui-même. En allant en camping, il lui arrive une petite aventure qui amène ses parents à s’inquiéter sérieusement. Ils consultent et découvrent qu’il perd de plus en plus la vue. Comment s’en sortira Léo ?

Il s’agit d’un roman tellement sensible, tellement vrai. On ressent toute la douleur de Léo. L’auteure, Martine Bisson Rodriguez, réussit réellement à nous transmettre la souffrance et la solitude de Léo. Heureusement, la détermination de Léo est plus forte que tout quand il reçoit l’aide dont il a besoin. Il est un véritable modèle de force.

Personnellement, ce qui m’a vraiment frappée, c’est l’authenticité des personnages. Leurs réactions sont tellement réalistes. C’est triste, mais on a vraiment de la difficulté à écouter les gens parler de leurs sentiments, de leurs difficultés… surtout quand il s’agit des enfants. Et pourtant, Ils sont les mieux placés pour savoir comment ils se sentent. C’est un roman très intéressant pour parler d’empathie.

Bref, ce livre est un véritable coup de cœur. Il se lit doucement et Léo est vraiment attachant. Je relis mon texte et je vois une multitude d’adverbes comme « vraiment, tellement, etc. ». En choisissant ces mots, je veux réellement vous passer mon amour pour ce roman. Il est difficile de transmettre aussi facilement des émotions à travers les mots. Pourtant, Léo transmet vraiment sa sensibilité, sa vulnérabilité.

 

Dès 9 ans.